Jean-Baptiste Djebbari est l'invité d'Alexandra Bensaid... Charline a laissé sa place à l’une de ses anciennes connaissances…

Bonjour monsieur le Secrétaire d’Etat aux Transports. C’est comme ça qu’il faut dire maintenant ! Quand je t’ai connu, on t’appelait Jean-Bat’ ! Tu me reconnais ? Cécile ! Attends, j’ai amené un indice… Je mets ma coiffe d’hôtesse de l’air… Tu me remets maintenant ? On a volé ensemble quand t’étais pilote ! Il ne vous a pas dit ? Avant de se lancer en politique, Jean-Bat’ était pilote d’avion… et pas de n’importe quel avion. Pilote de jets privés !

Quand je pense que maintenant tu vas devoir discuter avec les cheminots de la CGT ! Eh, ne les prends pas trop de haut ! Hahaha ! Je ris parce qu’on se connaît bien… T’en fais pas, je ne vais pas tout raconter. Je trouve ça formidable cette reconversion : c’est à un pilote de « nous faire préférer le train » ! Ca va beaucoup trop loin cette disruption !

Jean-Bat’ est habitué à traverser les turbulences… Mais là avec ce qui t'attend du côté des cheminots, c'est pas d'un Pilatus PC-12 dont tu vas avoir besoin, mais d’un canadair ! Oui alors… un Pilatus PC-12, c’est l’avion dans lequel on a volé ensemble… C’est un avion qui permet d’atterrir sur des petites pistes, comme à Deauville ou à Courchevel… Tellement plus pratique que le TER en cas de grève SNCF ! Vous connaissez Courchevel, vous ? Ben non, suis-je bête, vous bossez pour le service public !

Passer du Jet à La République en Marche… C’était écrit. Dans les deux cas, tu rends service à des millionnaires. On ne peut pas te reprocher ton manque de cohérence. En plus quand t’es dans l’aviation, tu dois tenir compte du sens du vent. Et chez LREM pour ça… t’as Aurore Bergé ! T’es dans ton élément.

J’arrive pas à croire que je te retrouve là, au gouvernement. C’est toi qui vas devoir dire aux employés de la SNCF de se serrer la ceinture. Bonne chance, ces gens sont tellement terre-à-terre ! Dire qu’il y a à peine deux ans t’étais encore directeur des opérations chez Jetfly, une compagnie basée au Luxembourg… Non mais pourquoi t’as accepté ce poste au ministère ? T''avais un poste pépère, ton seul souci c'était de savoir si le réservoir était plein de kérosène et le frigidaire plein de champagne ! Et puis aujourd'hui tu te fais engueuler par un petit moustachu teigneux de la CGT qui ressemble à un pizzaiolo enragé... Mais qu'est-ce qui t'a pris ?

A 37 ans t’as le bilan carbone de Giscard… C’est pour ça quand l’année dernière tu siégeais à la Commission développement durable de l’Assemblée je me suis dit : il n’a peur de rien ! Je te souhaite de résoudre le conflit à la SNCF. Et n’oublie jamais ce que Macron avait dit dès le départ : « Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent (à prendre leur TGV) et des gens qui ne sont rien (dans leur gilet fluo). »

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.