Après les résultats des élections régionales… La parole est à l’abstention !

Ouais, vous avez de la chance, parce que… j’ai failli ne pas me déplacer ce matin ! Je tiens un de ces mal de crâne ! Ah ben vous vous doutez bien, après une victoire pareille, j'ai fait la bringue toute la nuit ! (D'ailleurs j'ai croisé Beigbeder il va bien il vous embrasse). Ca se fête ! Record historique : j’ai fait 66% les gars ! Et ça c’est rien, y’a même Guérini qui a dit que j’étais « un fait politique majeur » ! Alors ? C’est qui la resta ? Et sans me fouler ! Je ne propose rien, je n'ai même pas de programme ! (Ce qui me mettait en concurrence avec pas mal de candidats…) 

Je voudrais remercier tous ceux sans qui cette belle victoire n’aurait pas été possible : déjà, merci pour le débat qui a tourné uniquement autour la sécurité, alors qu'il ne s'agit pas d’une compétence régionale. Merci aux alliances foireuses et aux meetings qui ressemblaient à des spectacles de Shirley et Dino… Merci à Adrexo qui n'a pas livré les professions de foi (et comme on dit dans le milieu de l'abstention « pas de tract diffusé, pas de majorité »). Et merci aussi au confinement qui a lancé ma campagne de façon spectaculaire, ainsi qu’aux  canapés confortables sans lesquels mon score n'aurait pas été aussi fort. Big up Conforama ! Big up aux écrans plats ! 

Y’a pas eu de sursaut démocratique… et pourtant je ne comprends pas : Jean Castex avait pourtant lancé « un appel solennel » à aller voter au second tour… hahaha ! Excusez-moi… non, j’avoue que j'ai quand même eu un peu peur la semaine dernière en Île de France. Et puis quand j'ai vu Jean-Paul Huchon appeler à voter Pécresse… j'ai sorti le champagne ! 

On a l'impression que je suis LA révélation de ce scrutin. Hé ho, ça fait des années que je fais des super scores à toutes les élections, arrêtez de faire les surpris, c'est vexant à la fin ! Je collectionne les victoires, et je suis obligée de le rappeler à chaque fois. Et plus les politiques disent qu'ils font tout pour me combattre, plus je progresse. C'est pour ça qu'on s'entend aussi bien avec le chômage : lui et moi on est pareil. 

Alors, je tiens aussi à saluer mon adversaire, la grande perdante : la démocratie. (Je l’ai eue au téléphone hier soir et je peux vous dire qu’elle a du mal à s’asseoir !) Et enfin, je tiens à m'excuser auprès des assesseurs… tout un dimanche à rester assis dans un gymnase qui sent la chaussette. Et puis en même temps grâce à moi le dépouillement a débuté à 18h00, et à 18h15 c’était plié, ils étaient tous rentrés chez eux. Faut voir le bon côté des choses. 

Bon ben moi maintenant, je vise la présidentielle ! Mon rêve ? Atteindre 82 %, le score de Chirac en 2002. Mais attention, si ça arrive, faites gaffe : il n’y aura plus assez de poissons en France… pour tous ceux qui partent à la pêche ce week-end ! 

L'équipe