Ce matin, Charline participe aussi à l'hommage rendu à Jean-Paul Belmondo

Oui mais là vous tombez mal, parce que je suis nulle en hommages : ça c’est ce qui arrive quand on sèche les cours de la Léon Zitrone Academy. En plus, moi j’suis comme vous tous, je suis aussi bouleversée que les programmes à la télévision, donc toute la soirée je me suis dit « Qu’est-ce que je vais faire, j’sais pas quoi faire… » Bref, rendre hommage à un grand acteur pour une humoriste, c’est pas une sinécure. Alors que je préférerais faire une cure de ciné.

Mais ne croyez pas que les rédactions soient aussi paniquées que moi à l’idée de devoir rédiger un hommage de dernière minute. Belmondo, 88 ans… dans les médias, tout était déjà prêt. Dans le jargon journalistique on appelle ça « une viande froide ». Sauf à France Inter, où on appelle ça « un tofu froid », parce que tout le service nécrologie est vegan.

Après, quand je me compare, je me console… J’ai vu les titres de la presse : « L’homme de Rio ne répond plus », « Pleurs sur la ville »… Trouver un titre quand un grand artiste meurt, c’est plus du journalisme, c’est un brainstorming de boîte de comm’. « avec une propal asap. » C’est là qu’on se rend compte que le seul avantage en ces circonstances, c’est qu’on peut revoir Jack Lang à la télé.

Et encore, là on peut saluer l’effort. Parce que quand on voit le nombre d’occurrences de « Monstre sacré du cinéma », 80 ans qu’on utilise cette expression, empruntée à une pièce de Cocteau qui date de 1940. Et depuis on a tous ses variants : « icône du cinéma », « géant du cinéma », « légende du cinéma », et son corollaire : « Le cinéma français est en deuil »… Ou encore : « Jean-Paul Belmondo : clap de fin »… Alors qu’il y avait moyen d’innover : « Belmondo, la remontada vers le ciel. »

D’ailleurs, un petit conseil à Arnaud Montebourg qui arrive à 8h20, pas de déclaration du type : « Il était l’exemple de ce que le made in France peut produire de plus beau »… Non. C’est trop tôt, trop gros… (Oui mais on sait qu’ils en sont capables !) 

Alors que le plus bel hommage à rendre à Jean-Paul Belmondo, c’est tout simplement de regarder tous ses films… (Du coup, on préfère que Christophe Lambert lui survive le plus longtemps possible).

Parce que réduire la carrière de Belmondo à un hommage, c’est comme réduire la carrière de Balkany à un contrôle fiscal, vous voyez ? Oui même en comparaisons, je suis pas douée. Donc, afin d’éviter les moments gênants comme ça, je demande à toutes les célébrités de décéder un jeudi. Comme moi je ne bosse pas le vendredi matin, ça m’arrange. En plus le vendredi y’a François Morel, il fait ça très bien…

En attendant, je vous conseille d’écouter mon camarade Vizorek à 8h55, excellent en matière d’hommages. Le type a bossé deux ans avec Michel Drucker, c’est vous dire le niveau… Je suis certaine qu’il fera mieux qu’un bel hommage, ce sera un Bébél hommage !

L'équipe