Nous recevons une libraire car cette semaine, la politique fait débat en librairie…

Oui, sale semaine, je me prépare à devoir vendre le livre d’Eric Zemmour, et rien qu’à cette idée, je développe de l’herpès, regardez… Je me sens comme un primeur qui vendrait des salades bourrées de pesticides… mais je vais le vendre son bouquin, sinon il va encore chouiner : « Ouin ouin, on ne peut plus rien lire ! » 

Mais alors jeudi, le jour de sa sortie, c’est pile le jour de parution du livre de Christiane Taubira… Comme ça moi jeudi, dans ma librairie, je me retrouve avec les lecteurs de Zemmour et en même temps ceux de Taubira ! Ca va être la guerre, la guerre culturelle ! Mais moi j'ai choisi de faire libraire, pas casque bleu ! Donc j’ai décidé de retirer de ma boutique tous les objets tranchants… sinon j’avais plus qu’à remplacer l’enseigne et ouvrir une boucherie.  

J’ai gardé les flèches au sol du parcours anti-Covid… Un parcours de pour les lecteurs de Taubira et un parcours pour les lecteurs de Zemmour, comme ça ils ne se croisent pas… Et puis entre les deux j'ai disposé une étagère avec les biographies de John Lennon et des livres sur la relaxation, le yoga et la méditation. Donc si par exemple deux clients en viennent aux mains, moi je me place entre les deux, je saisis un ouvrage et je leur dis : « La colère est une punition que vous vous infligez à vous-même pour une faute commise par quelqu'un d'autre ! Regardez c'est écrit là, p.12... » 

Ah non mais libraire de nos jours, c’est pas facile… C'est quoi le prochain projet ? Une séance de dédicaces avec le Professeur Raoult et Olivier Véran ? Ah ben non, je suis bête, Olivier Véran n'a pas écrit de livre. C'est facile de s'en rappeler parce que c'est vraiment le seul ministre qui n'a pas encore écrit de bouquin. 

Pour en revenir à Zemmour, il n'y a qu'à lire les titres de ses bouquins pour voir qu'il n'y a aucune cohérence. En 2014, il sortait « Le Suicide Français » et aujourd'hui c'est « La France n'a pas dit son dernier mot »... Comment ça se passe au niveau de la chronologie ? On se suicide d’abord et puis on se met à vociférer sur les noirs et les arabes ? 

Alors je filer deux, trois conseils à mes collègues libraires : déjà, vous n’êtes pas obligé de mettre le livre en vitrine, c’est un tract électoral, après il faudra mettre tous les autres bouquins politiques, y’a pas la place. Mettez-le loin de la caisse et si on vous le demande, vous dites: « C’est au fond à droite… non encore plus à droite ! » 

Et enfin, je m’adresse à tous ceux qui fréquentent des librairies, y’a un petit jeu très amusant à faire avec le livre d’Eric Zemmour… Vous prenez un exemplaire en rayon, et vous allez le replacer dans l’étagère de « Littérature africaine »… Vous le planquez entre Amadou Hampâté Bâ et Léopold Sédar Senghor ! Notez, même en littérature française ça marche, personne n’aurait l’idée de chercher un truc pareil classé entre Yourcenar et Zola… 

L'équipe
Thèmes associés