Le Courrier international nous apprend que des étudiants occidentaux payent des diplômés du Kenya pour écrire leur dissertation. Une information dévoilée au départ par la BBC…

C'est l’ubérisation de la dissertation, une forme très aboutie de "Deliveroo", sauf qu’à la place d’un burger-frites, tu te fais livrer une thèse sur l'évolution de l'empirisme moderne dans l'Angleterre du XVIIème siècle. C’est un peu le Spizza 30 de la rédaction quoi. Enfin, le « Spinoza 30 » en l’occurrence.

Des jeunes diplômés kenyans sous-traitent les dissertations de jeunes occidentaux. Quelle leçon ! Ces étrangers qui ont la décence de ne pas venir chez nous pour nous piquer nos jobs et préfèrent rester chez eux pour nous aider à réussir nos études. 

Vous imaginez un étudiant occidental demandant à un Kenyan de lui écrire sa thèse sur l'esclavage ? Quelle mise en abime, c'est vertigineux. Ce serait presque poétique si ça n'était pas déjà 100% consternant (d’ailleurs… merci à Winston pour cette belle formulation. On fait comme on a dit, Winston, via Western union).

Pourtant, aujourd’hui, les étudiants n'ont plus qu'à recopier ce qu'ils trouvent sur Internet. Donc si maintenant ils sous-traitent en Afrique pour que quelqu'un d'autre s'occupe de copier/coller Wikipédia, quelle est la valeur d’un diplôme ? 

Vous me dire que ça a toujours existé ! Dans les cours de récré le premier de la classe proposait déjà de faire les devoirs des cancres en échange d'une poignée de bombecs. Mais ça restait bon enfant, c'était un petit trafic. Maintenant on a à faire à un réseau international : on lutte contre les cartels du cahier à spirale, la mafia du commentaire composé, le gang de la rédaction en trois parties. 

Evidemment il y aurait bien une solution : elle consisterait à s’intéresser aux méthodes d'enseignement employées au Kenya afin de les reproduire chez nous pour que le niveau des étudiants leur permette de passer eux-mêmes leurs examens ! Mais bon... pffff... FLEMME QUOI ! Il y a beaucoup trop d'étapes dans cette solution, c'est plus simple un petit virement Paypal, et hop, tu reçois ton devoir dans ta boite aux lettres comme un colis Amazon.

Vu qu’on avait déjà pillé toutes les matières premières en Afrique, maintenant on pille la matière grise. Peut-être que dans un siècle, des organisations humanitaires feront décoller d’Afrique des avions qui largueront des dictionnaires et des livres d'Histoire sur tous les territoires occidentaux. Car qui aurait pu imaginer qu'un jour l'Afrique nous sauverait de la famine intellectuelle ?

L'équipe
Thèmes associés