Le journal Libération a fait le compte : sur CNews, 36% des invités politiques sont d’extrême-droite.

36%, c’est pas mal… mais je pense qu’on peut faire mieux. Je vais m’en charger, je postule comme programmatrice à CNews, j’ai écrit une lettre de motivation :  

« Cher CNews, je me porte candidate pour vous aider à choisir vos invités, parce qu’il me semble important de contribuer à la pluralité des idées… d’extrême-droite. Bien sûr, je respecterai l’équilibre de la parole : par exemple, si on a un chroniqueur du Rassemblement national, on prendra comme contradicteur quelqu’un de gauche,… comme Nadine Morano. Parce qu’il faut faire preuve de nuance dans ce métier, chose qu'on ne voit pas assez dans les médias publics. Pour eux, tous les racistes sont des abrutis ! Allez hop, tout le monde dans le même sac, et avec leurs impôts en plus ! Ils payent des impôts pour se faire insulter ! 

Comment peut-on accuser CNEWS de manquer de pluralité, alors que vous avez diffusé une publicité pour du quinoa le 12 janvier dernier à 15h24 ? Moi je comprends votre conception l’égalité : le fait que tout le monde a le droit de se faire couper la parole par Pascal Praud, c’est aussi ça, la démocratie.  

Je pense avoir le profil pour le poste : hier j’ai agressé verbalement un ami qui avait tweeté un message de soutien à Karim Benzema ! C’est le métier qui rentre. Par ailleurs, mon modèle en journalisme, c’est Christine Kelly, je la trouve brillante quand elle porte la contradiction à Eric Zemmour, quand elle n’hésite pas à lui dire : « Attendez, Eric, est-ce que là vous n’allez pas un tout petit peu trop loin ? Non ? ah bon, pardon… au temps pour moi. » 

Je précise ici que je continue d’aimer le rire, j’adore les caricatures. Je trouve que la caricature est indissociable de la République. C’est pourquoi j’adore vos débats. Moi aussi je déteste le politiquement correct, d’ailleurs, je propose de confier une émission de self-défense à Papacito. 

Je sais me montrer convaincante aussi : sachez par exemple que j'ai réussi à convaincre un ami de l'inexistence du réchauffement climatique en lui hurlant dessus devant tout le monde. Je suis quelqu'un d'ambitieux et je ferai tout mon possible pour réaliser mon rêve : me faire maltraiter en direct par Elisabeth Lévy.  

Je voudrais que CNEWS devienne ma nouvelle famille. Sans vouloir me victimiser, j'ai été élevée par des parents socialistes. Je vis encore des moments très éprouvants. Comme le week-end dernier, lorsque mon gauchiste de père s'est acheté un vélo électrique. J'étais d'abord paralysée de honte avant de saisir une paire de ciseau et de crever ses pneus en hurlant : « MONJOIE ST DENIS !, à bas la vélocratie ! »

Et enfin, passionnée de communication, je propose aussi de compléter votre campagne d’affichage par ce slogan : « Pourquoi on peut plus rien dire alors qu’on est chez nous ? »

L'équipe
Thèmes associés