Pour Nicolas Sarkozy, l'affaire Benzema c'est de la faute du président qui a encouragé le communautarisme. Et les inondations ? C'est lui aussi qui a chaque fois qu'il met le nez dehors, il pleut des cordes. A force, la nappe phréatique est saturée.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.