Malgré un état civil de trafiquant de drogue colombien, le PDG de Citroën aurait pu être un deuxième Escobar. Il a préféré l'industrie peu rémunératrice de l'automobile. 5,2 millions, ça fait beaucoup dit comme ça, mais à Medelin, c'est rien !

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.