« Mettre la langue dans le trou et puis quand on crache, s’aider du poids de son corps. »

Le sport, j’en conviens, n’est pas ma spécialité. Ma chronique de la semaine n’en sera pas moins sportive.

« Mettre la langue dans le trou et puis quand on crache, s’aider du poids de son corps. »

Je ne me lasserai jamais de dire cette phrase découverte dans Ouest-France, dont la lecture parfois, est plus suggestive que celle de Penthouse, plus ensorcelante que celle de Voluptuous.

« Mettre la langue dans le trou et puis quand on crache, s’aider du poids de son corps. »

Dans l’édition Bretagne du plus grand quotidien régional du 5 août 2019, on découvre les conseils sportifs de  Stéphane Salomon qui, pour la troisième fois, participe au Championnat du Monde de Cracher de Bigorneau. « Il faut choisir un bigorneau ni trop gros, ni trop petit. » Le trop gros bigorneau présente une lourdeur dans l’atmosphère qui ralentit sa propulsion. Le trop petit bigorneau n’a pas une capacité suffisante pour fendre l’air.

En 2019, à Sibiril (commune du Finistère située non loin de Roscoff), force est de constater que la gloire du plus grand cracheur de bigorneau du monde, Alain Jourden, n’a pas été entachée. Son record du monde (11, 04 mètres, nous ne l’apprendrons à personne) reste indépassé. Le meilleur cracheur 2019  n’atteignit que les 9,90m,  la meilleure cracheuse que les 7,90m. 

Alain Jourden aujourd’hui n’est plus. Souvenons-nous de lui. C’était le plus grand. Chaque année, depuis 2001, c’était lui le vainqueur, l’éternel victorieux, le sempiternel triomphateur. Nous ne résistons pas à nous souvenir, non sans émotion, de ses exploits passés… 9,70m en 2002, 10,40m en 2003, 10,11m en 2005, 10,41 en 2006, jusqu’à ce jour fameux de l’été 2011 où il fit exploser son record que nous rappelons avec admiration: 11,04m. 

Les vrais amateurs du Cracher de Bigorneau mesurent aussi la prouesse qui fut la sienne quand, en 2015, Alain Jourden réussit un lancer, certes de 8,80m, mais par vent contraire.

A ce jour, aucun livre, aucune série, aucun film ne retrace l’odyssée sportive d’Alain Jourden. On rêverait d’un biopic sur l’exploit du finistérien. Qui pour jouer le rôle d’Alain Jourden ? Jean Dujardin ? Fabrice Lucchini ? Kev Adams ? Pourquoi pas Ryan Reynolds, Dwayne Johnson ou Robert Downey Jr. ? N’oublions pas que l’évènement de Sibiril est international. Cette année encore, de nombreux allemands et anglais y ont participé.

Le film pourrait sobrement s’intituler « 11,04 ».

Certains esprits sinueux pourraient opter pour un titre moins concis : « Mettre la langue dans le trou et puis quand on crache, s’aider du poids de son corps ».

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Le Billet de François Morel
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.