Soyons le moins polémique possible. Ne jetons pas de l’huile sur le feu. Comment dire les choses le plus sobrement possible sans se faire accuser de réactionnaire vendu à l’industrie automobile mais la circulation dans Paris n’est pas toujours facile, facile…

Attention, ne pensez pas que je sois un opposant obtus et systématique à madame Hidalgo, non… Je comprends bien que comme dans toutes les grandes capitales, il faut réduire le nombre de voitures afin de diminuer et la circulation et la pollution. Je comprends bien. Je dis juste, quand même, des fois, c’est un petit peu énervant, ça ne circule pas tellement bien dans Paris. Voilà. C’est tout. Vous habitez place Clichy, vous avez un ami qui habite à Rome ou à Berlin, vous lui dites « Veux tu venir manger à la maison, ce soir, vers 8H ? » « Avec plaisir ! J’aurai peut-être un peu de retard, je passe voir ma sœur qui habite Francfort. » « Pas de problème, de toutes façons, j’ai mon cousin qui arrive de Montréal, il n’arrivera pas non plus de bonne heure, il veut passer prendre de l’huile d’olives à Nice où il  connaît un petit commerçant… »  En revanche, vous habitez place Clichy, vous avez un ami qui habite place d’Italie, le mieux c’est de se parler par Skype. Ou de l’inviter pour une période plus longue, que ça vaille vraiment le coup, une semaine ou quinze jours pendant les vacances. « Viens, on ira à pied jusqu’au cimetière Montmartre, on passera à la librairie de Paris, et le soir on ira boire un Mojito vers les Batignolles… »

Pourquoi ne pas s’inspirer d’expériences qui se font à l’étranger, comme le suggère un article récent paru dans Le Monde. À Achgabat, la capitale Turkmène, on a trouvé des solutions. Le Turkménistan est dirigé par le sémillant Gourbangouli Berdimoukhamedov qui aime beaucoup la couleur blanche. Mais vraiment beaucoup. Au point d’interdire l’importation de voitures noires et la circulation de toutes les voitures sombres. Vous garez votre voiture précautionneusement sur un parking, comme il faut, sur une vraie place, vous mettez l’argent nécessaire, eh bien, vous pouvez la retrouver à la fourrière sous prétexte qu’elle n’est pas blanche. Pour la récupérer, ce n’est pas compliqué, il suffit d’apporter un document qu’on va chercher chez un garagiste afin de promettre que la voiture dans les plus brefs délais sera repeinte en blanc. On pourrait très bien à Paris décider que désormais seules les voitures vert pistache ou rose bonbon seraient autorisées à rouler. Une façon de fluidifier la circulation tout en apportant une note festive à la capitale. 

Une autre loi officieuse du Turkménistan  interdit aux femmes de conduire. Ce n’est pas encore écrit dans la loi car on ne s’embarrasse pas systématiquement là-bas de complications administratives mais une femme qui est au volant  se voit immédiatement  confisquer sa voiture et son permis de conduire. 

En revanche, en Arabie Saoudite, on vient d’autoriser les femmes au volant. Il ne faudra pas s’étonner si la circulation devient impossible dans les rues de La Mecque ou de Riyad…

Vous êtes actuellement dans les embouteillages, profitez en pour solliciter votre mémoire, votre élocution… 

Gourbangouli Berdimoukhamedov, Gourganbouli Berdimoukhamedov, Gourbangouli…

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Le Billet de François Morel Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.