Aldebert est un chanteur que les enfants adorent, il les fait rire. Aldebert est un chanteur que les parents vénèrent, il ne prend pas leurs enfants pour des imbéciles.

A L’Ecole Jacques Prévert de Ludres, près de Nancy, les chansons d’Aldebert avaient été choisies comme support pédagogique. Polémique, scandale, protestations. Un jour, un parent d’élève a entendu une chanson que chantait sa fille et il a été choqué, offusqué d’entendre des paroles contraires, selon lui,  aux valeurs de la République, telles que doit les promouvoir l’école.

  • Ecoutez plutôt…
  • Pour louper l’école
  • Je ferais n’importe quoi
  • Pour louper l’école
  • Moi j’irais jusqu’à 
  • Faire le tour de la maison
  • En pyjama pour chopper froid
  • Manger des tartines au goudron
  • Pour avoir mal à l’estomac
  • Faire mon service militaire
  • Traverser la manche en bouée
  • Chatouiller une panthère
  • Faire pipi sur un policier. 

« Quand j’entends les paroles, dit le parent d’élève, je pense au gendarme Beltrame qui a sacrifié sa vie pour sauver une otage, à ce couple de policiers assassiné sous les yeux de ses enfants, à cette policière municipale tuée de sang-froid par un terroriste. »

Cher monsieur je crois que vous êtes un peu à cran, que normalement la phrase  Faire pipi sur un policier ne devrait pas vous faire penser à toutes ces récentes tragédies que vous évoquez. 

Il y a un truc qui est important, notamment dans la vie en collectivité, et qui s’appelle l’humour. Généralement, les enfants qui ne sont pas bêtes,  comprennent bien l’humour, ils peuvent ainsi apprécier Marcel Aymé, Pierre Gripari et Tomi Ungerer, ils peuvent ainsi faire la différence entre la réalité et la fiction. 

Monsieur le parent d’élève, je vous promets qu’on peut ressentir le plus grand respect, la plus grande admiration pour le geste héroïque du gendarme Beltrame tout en s’amusant des gendarmes de Guignol ou de Saint-Tropez, tout en connaissant les paroles de Brave Margot où sont évoqués des « gendarmes qui sont par nature si ballots », tout en rigolant du marché de Brive-la-Gaillarde où « quand il s’agit de rosser les cognes, tout le monde se réconcilie. »

Comme disent les enfants, monsieur le parent d’élève, ce n’est pas pour de vrai. C’est de l’humour. 

Si votre état d’esprit est de prendre tout au pied de la lettre, vous pourriez noter que la chanson d’Aldebert, encourage également à chatouiller une panthère, ce qui à Thoiry ou au zoo de Vincennes pourrait s’avérer extrêmement périlleux, à manger des tartines au goudron, ce qui pourrait être vu, peut-être devriez vous contacter la DASS, comme un appel au suicide.

Aldebert suggère dans cette même chanson de mettre « Les cahiers au feu, la maîtresse au milieu ! » la plupart des gens comprennent qu’il ne s’agit pas d’un réel appel aux meurtres. Je connais un peu Aldebert, je ne pense pas que personne puisse penser sérieusement qu’il ait une telle animosité vis à vis des professeurs des écoles qui, selon moi et certainement selon lui, ont droit, autant que les policiers à la reconnaissance et au respect de chacun.

Monsieur le parent d’élève, vous deviez bien vous douter qu’en mettant votre enfant dans une école qui porte le nom de Jacques Prévert, un léger vent d’insolence, d’humour, de liberté, aurait bien le droit, de temps en temps, de souffler un peu.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.