Le seul président qui aura vraiment fait quelque chose pour les retraites en France, c’est Pompidou.

Vous me direz, Mitterrand, en son temps, a promulgué la retraite à 60 ans. C’est vrai, mais l’avancée sociale, au fur et à mesure des années, a reculé alors que Pompidou, lui, il a su donner l’exemple. Voilà un garçon qui a cotisé toute sa vie en étant professeur, directeur général de banque, haut fonctionnaire, premier ministre, président de la République et qui est mort en plein mandat présidentiel à 62 ans sans jamais toucher un seul centime de sa pension de retraite.

Bravo Pompidou. Merci Pompidou.

Tâchons dans la mesure du possible et afin d’assainir les caisses de l’état de mourir tôt. Travaillons toute la vie puis mourrons avant d’envisager ces années superflues consacrées à la lecture, au jardinage, aux voyages si on a de la chance, à la garde des petits enfants et à « Questions pour un champion ». C’est un petit effort civique auquel il faut penser. 

Je ne veux pas faire de comparatif mais enfin, Valérie Giscard d’Estaing… Le plus jeune président de la République est devenu le plus vieux pensionné de France en profitant des régimes spéciaux de la SNCF puisque en 1981 il a bénéficié de la retraite à 55 ans alors que son emploi, sauf avis contraire, ne présentait pas spécialement une grande pénibilité …

Bien sûr, on souhaite encore longue vie à monsieur Giscard d’Estaing mais on doit aussi rendre hommage, par exemple aux célibataires qui ont régulièrement cotisé pendant 40 années et qui meurent à 60 ans, sans obliger l’état à verser la moindre pension de réversion,  c’est quand même sympa.

Afin de profiter au maximum d’une retraite raccourcie, Netflix envisage de mettre en place la fonctionnalité « speed watching » afin de visionner les films et les séries en accéléré.

Il existe beaucoup de films stupides, d’émissions idiotes, de séries indigentes, les regarder trois ou quatre fois plus vite permettrait peut-être d’atteindre la bêtise en un temps record et ainsi ne pas trop réfléchir au modèle de société qu’on nous prépare.

Moi, j’aime autant dire mes conneries, à mon rythme.

Comme dit mon amie Juliette « La vie est trop courte pour aller vite. »

  • Légende du visuel principal: François Morel en studio © Radio France /
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.