François Morel revient sur la principale information de ces dernières 48 heures. Différents envoyés spéciaux, grands témoins, commentateurs divers seront avec lui en duplex pour analyser, pour tenter de comprendre ce qu’il faut bien appeler un véritable tremblement de terre médiatique sur la planète People.

Je veux parler de l’article que vient de faire paraître la revue Gala sur son site. Je rappelle l’information, même si je me doute que vous en avez déjà pris connaissance : Il n’y aurait pas eu d’histoire sentimentale entre la fameuse actrice Marlène Jobert et l’ancien président de la République Valéry Giscard d’Estaing. 

En effet, Marlène Jobert et Valéry Giscard d’Estaing font l’objet d’une rumeur persistante : ils auraient eu une liaison en 1973. Marlène Jobert a toujours démenti alors qu’avant hier elle fêtait son anniversaire. 

Un envoyé spécial dont nous tairons la situation géographique afin de ne pas déranger la tranquillité à laquelle la grande actrice a droit est en ce moment même au pied de sa résidence. Antoine ? 

Oui, en effet, je suis exactement au pied de la résidence de Marlène Jobert, c’est extraordinaire ce que nous sommes en train de vivre. L’actrice n’est pas apparue ce matin et je n’ai pas pu avoir confirmation de sa présence ou non dans ses lieux de vie puisque le café brasserie qui fait face à sa résidence est actuellement fermé à cause des mesures de confinement. 

Oui, quelle ambiance Antoine ? 

Ben, j’ai pas regretté d’avoir mis un gilet parce qu’il fait pas si chaud. 

Merci Antoine, évidemment, vous n’hésitez pas à intervenir si l’actualité l’exige. Alors, coïncidence cette affaire reparait pile au moment où justement l’ancien président de la République sort son dernier roman Loin du Bruit du monde

J’ai la chance d’avoir au bout du fil, le grand acteur Jacques Weber qui a accepté d’intervenir sur cette affaire et je l’en remercie très sincèrement. Vous avez, d’une part, Jacques, dans une série de spectacles il y a quelques années au Théâtre de la Madeleine interprété la figure de l’ancien Président Giscard d’Estaing. Il se trouve que, d’autre part, vous exercez la même profession que Marlène Jobert. 

Pour ces deux raisons, je pense qu’il était intéressant de solliciter votre sentiment. Jacques ? 

Oui, d’abord, si vous le permettez François, j’aimerais revenir sur un mot que vous avez prononcé. Vous parlez de « coïncidence », je ne pense pas qu’il y ait à proprement parler de coïncidence. Le livre du Président, sort jour pour jour le lendemain de l’anniversaire de Marlène Jobert, c’est vous même qui l’avez signalé il y a quelques instant. Si c’est une coïncidence, avouez que c’est une coïncidence qui fait sens, c’est une coïncidence qui interroge… Et je n’irai pas plus loin, je laisse à chaque auditeur, dans le secret de son cœur, de son cœur et de sa raison naturellement, le soin de réfléchir et de se faire une opinion par lui-même. 

Merci beaucoup Jacques, je suis obligé de vous interrompre car nous sommes en liaison avec Monsieur Saladin, laitier retraité qui, avec son camion, en 1974 aurait percuté la voiture du président de la République alors que celui-ci était en galante compagnie. Monsieur Saladin ? 

Ah non, non, j’étais pas en galante compagnie qu’est-ce que vous racontez ? J’ai toujours fait ma tournée tout seul car justement je n’étais pas assuré pour être accompagné ! 

Non, je parlais du Président de la République

Oui, quel président de la république ? Monsieur Macron ? 

Non, monsieur Giscard d’Estaing. 

Ça ne me dit rien. C’est vieux tout ça… En revanche, monsieur Sarkozy, je l’ai vu en septembre, à l’espace culturel Leclerc, il a signé un livre pour ma femme. 

Merci monsieur Saladin. Voilà, pour l’instant, ce que l’on pouvait dire de cette affaire concernant la liaison Giscard-Marlène Jobert. Nous n’hésiterons pas naturellement à bouleverser les programmes si l’actualité l’exigeait.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.