Qui sont les 127 personnes qui ont été sauvées durant le deuxième semestre 2018 ?

Moi, c’est la question que je me pose, parce que les personnes qui disparaissent dans les accidents de la route, il suffit d’ouvrir le journal local pour connaître leurs noms mais les personnes sauvées, ça reste un mystère. 

C’est peut-être vous, c’est peut-être moi, on n’en sait rien…

En effet, depuis le passage de la vitesse de 90km/h à 80 km/h, 127 vies ont été épargnées mais on ne sait pas lesquelles. Si parmi ces 127 personnes, des auditeurs de France Inter se reconnaissaient, ce serait bien qu’elles puissent se signaler afin de savoir ce qu’elles ont décidé de faire de leurs vies sauvées depuis ce deuxième trimestre 2018.

Parce que si c’est pour rien faire de votre vie, ce n’était pas tellement la peine de faire tout ce ramdam qui aura quand même bloqué pas mal de ronds-points, notamment durant le premier semestre 2019 et qui aura coûté, selon la délégation à la sécurité routière dépendant du ministère de l’intérieur, la rondelette somme de  10 millions d’euros notamment pour les frais d’achats et d’installations des nouveaux panneaux.

C’est un investissement pour le gouvernement. 10 millions d’euros pour 127 personnes, ça fait une vie humaine évaluée à 78 740 euros. Surtout que c’est un peu à perte, vu que déjà chaque Français porte individuellement la dette publique à hauteur de 34 595 euros. Investir dans un individu qui est déjà un panier percé, demandez à Dominique Seux, ce n’est pas raisonnable…

Evidemment, tous les bobos, monsieur Thomas Legrand en tête, tous les parigots n’ont jamais tout à fait compris la réaction que cette mesure a généré. Ils se disent « Pourquoi se battre pour garder 10km/h supplémentaire alors que de Bercy à la Porte de la Chapelle, c’est quasiment impossible  d’atteindre cette vitesse. 

C’est juste  mais à la campagne, il reste quelques tronçons routiers sans séparateur central, sans barrière, sans terre-plein mais avec une bonne visibilité qui permet quand même d’appuyer un petit peu sur le champignon.

Pour revenir aux 127 personnes rescapées, ce qui aurait été  avantageux, ça aurait été au moins de pouvoir les  choisir afin que l’investissement ne soit pas totalement perdu.

De toutes façons, dans l’avenir, ces 127 personnes ont du mouron à se faire puisque l’amendement du groupe République en Marche et en roue libre renvoie aux présidents de conseil départemental la responsabilité de définir la vitesse sur certains axes. Donc, très prochainement, nous pourrons obtenir un classement qui permettra de connaître les présidents de conseil départemental qui auront augmenté la mortalité routière. On attend avec impatience la communication de la délégation routière sur le coût de cette nouvelle mesure.

Si dans un département, on rétablit la vitesse à 90 km/h et qu’aussitôt un automobiliste meurt en roulant par exemple à 86 km/h, on pourra décider de situer la vitesse autorisée à 85 km/h… 

Voilà.

On va faire l’Europe, c’est prévu, bientôt, demain, dans les jours qui viennent, enfin dès que possible. Quoi qu’il en soit, l’harmonisation européenne interviendra juste après la dés-harmonisation départementale.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.