Mademoiselle se meurt, mademoiselle est morte. On ne la reverra plus. Petit à petit, les féministes l'ont tuée. Alors que depuis longtemps on n'appelle plus les hommes célibataires les damoiseaux, demoiselle est vouée à avoir le même destin : la disparition. Mais quelle est la logique à ce qu'une administration appelle madame la jeune fille de 13 ans qui vient chercher son premier passeport.

Je vous en prie mademoiselle, n'écoutez pas les sirènes du conformisme austère : ne mourrez pas.

L'équipe

Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.