Retour sur l'entretien que Mme Françoise Nyssen, ministre de la Culture a accordé à Nicolas Demorand cette semaine sur France Inter. Sur le passeport culturel, l'avenir de l'audiovisuel public, l'égalité homme-femme... Elle a principalement proposé de prendre le temps de la réflexion.

Je voudrais revenir ce matin sur l’interview que madame Françoise Nyssen ministre de la culture vous a accordé mercredi dernier, Nicolas, afin de  proposer, trois jours après, une analyse qui a pu prendre le temps de la réflexion sur tout ce qui a pu être annoncé et définir ainsi ce qu’est, ce que doit être, ce que sera la politique culturelle du gouvernement Macron. 

Je m’exprimerai, évidemment, et vous vous en doutez bien, avec la plus grande bienveillance vis à vis du pouvoir en place puisque, en tant que salarié du service public,  après avoir servi de mon mieux les présidences de messieurs Sarkozy et Hollande, je suis aujourd’hui entièrement dévoué, et c’est bien naturel, à la cause du président Macron.

La culture, on le sait, est un enjeu crucial pour le gouvernement et je dirais même un enjeu symbolique. J’en veux pour preuve la prestation à l’Elysée du président Macron qui, à l’instar des plus prestigieux acteurs de France, s’est produit en tant que récitant de Pierre et le Loup. Quel plus beau symbole de l’excellence en matière de recherche d’équilibre de la politique culturelle que de voir ce jeune président se colleter avec l’œuvre de Prokofiev en donnant lui même de sa personne, tout en faisant l’économie d’un cachet qui aurait pu faire le bonheur provisoire d’un intermittent du spectacle ?

Bien sûr, monsieur Demorand, la culture n’est pas l’unique préoccupation d’Emmanuel Macron, même si, et mesurez bien l’étendu de mes propos monsieur Demorand, la culture fait partie de la vie, comme la vie fait partie de la culture. 

Ce matin même, vers 7h et quart,  le président, et c’est un autre très beau symbole, a pris un Efferalgan vitamine C afin de soigner une migraine passagère. Le Président, et c’est important, et c’est essentiel, a voulu ainsi montrer  l’attachement de la nation toute entière à une politique médicale qui serait à la fois ambitieuse mais basée sur la recherche de solutions thérapeutiques qui puissent répondre aux attentes de chaque français car les français, monsieur Demorand, ne vous déplaise, souhaitent qu’une politique médicale à la fois puisse juguler les dépenses tout en maintenant le remboursement des prestations de manière satisfaisante.

Eh bien, pour cela, monsieur Demorand, croyez le bien,  le gouvernement ne fera pas l’impasse sur ses responsabilités et saura définir en temps voulu la politique qui sera la sienne.

Mais revenons à madame Nyssen, à la culture, à mercredi dernier… 

Ses propos étaient très attendus puisque de nombreux dossiers sont en chantiers, l’avenir du service public, le statut d’écrivain, la destination du passeport culturel, les différences de traitements entre les femmes et les hommes dans les milieux culturels. Madame Nyssen a été très claire. Elle a dit qu’il fallait réfléchir, que ces sujets étaient en réflexion. Mais je ne voudrais pas trahir la pensée pointue de madame Nyssen et je vous propose d’écouter les principaux points forts de cette interview…

Extrait de l'interview 

Alors, bien sûr, les esprits chagrins, et j’en connais, pourraient faire entendre que l’on aurait pu réfléchir avant, que ce n’était pas forcément la peine de se déplacer jusqu’au studio de France Inter si c’est juste pour dire qu’on allait réfléchir, qu’on était en réflexion. Eh bien, monsieur Demorand, on ne saurait trop engager l’opposition, elle même, à entrer en réflexion, dès que possible, afin de passer à l’action, dès qu’elle sera aux affaires et permettre ainsi un grand chantier de réflexion sur ce que doit être une réflexion gouvernementale.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Le Billet de François Morel Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.