L’un des plaisirs de la vie de tournée, c’est, pour moi, la lecture de la presse régionale.

On y découvre des informations qui ne sont pas forcément relayées nationalement. Ainsi, dans La Tribune le Progrès, datée du 13 février 2020, j’ai appris que Sauvain, 410 habitants, commune du département de la Loire jusque là réputée pour sa sérénité, sa qualité de vie, Sauvain, ancien village fortifié, berceau de la Fourme de Montbrison, avait été le théâtre d’un cambriolage qui a fait dire à nombre de lecteurs de la Tribune le Progrès « Sauvain, ça devient Chicago ».

Dans la nuit de dimanche à lundi dernier, la cave d’affinage de la Fromagerie des Hautes-Chaumes a été, je cite « la cible des cambrioleurs. Ils y ont pénétré par effraction et sont repartis avec près de 280 fromages arrivés à maturation et prêts à être commercialisés. »

Qui peut avoir volé 280 fourmes de Montbrison, ces fromages typiques des Monts du Forez et bénéficiant d’une Appellation d’Origine Protégée ? Autant le vol de sacs à mains, de portefeuilles ou de portables est courant, autant le vol de fourme de Montbrison est plus rare. La Gendarmerie de Saint-Georges-en-Couzan, qui est sur les dents, a besoin de toutes les bonnes volontés, celles des amis de la Fromagerie des Hautes-Chaumes, celles du Syndicat de la Fourme de Montbrison mais également tous les amateurs de fromages à pâtes persillées. Un éventuel fournisseur méconnu pourrait proposer une importante quantité de fourmes à la provenance inexpliquée. La vigilance est de mise. Chaque consommateur doit être sollicité. Chaque consommateur, devant les étals, sur les marchés, doit interroger  la fourme, ou au moins ses revendeurs. D’où vient-elle ? Qui est-elle ? Quel est son pedigree, son histoire, sa provenance ? Chaque vente douteuse doit être signalée. Le crime ne doit pas rester impuni.

D’autant que le préjudice pour la fromagerie des Hautes-Chaumes représente un manque à gagner de 10.000 euros.

Je me suis interrogé. Comment pouvais-je venir en aide à la fromagerie des Hautes-Chaumes ? En relayant nationalement l’information, c’est fait et ce n’est pas suffisant. 

J’ai constaté en allant sur le site de Radio France dans la grille tarifaire des messages publicitaires classiques que le coût d’un message publicitaire dans la tranche horaire 8h30-9h était de 11.000 euros hors taxe.

J’ai donc décidé, d’offrir sur mon temps d’antenne une publicité de trente secondes correspondant au montant du préjudice. Bien sûr, ça ne fera pas revenir les fourmes disparues, mais cela apportera peut-être une notoriété  consolatrice à monsieur Hubert Tarit et son associée Christine Combréas qui, sous le choc avait déclaré « C’est comme si on nous avait coupé les jambes ».

Christine, cette publicité gratuite n’a pas d’autres intentions que de vous rendre vos jambes…

  • Une envie d’évasion ? Un désir de campagne ? La Fromagerie des Hautes Chaumes propose sa Fourme de Montbrison…
  • Seul ou entre amis, en pique-nique, pour tous les jours ou les grandes occasions, on est sûr de ne pas se tromper en choisissant la Fourme de Montbrison.
  • Tu sais quoi ? En Montgolfière d’escargots ou en bonbons acidulés, en soupe ou en terrine, la fourme de Montbrison de la Fromagerie des Hautes Chaumes, elle  sait accompagner tous les plaisirs de la vie…
L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Le Billet de François Morel
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.