Il fut un jour où les animaux décidèrent de ne plus subir la toute puissance des hommes.

 Il fut un jour où les animaux jugèrent qu’ils n’avaient plus envie de se laisser mener par le bout du bec, du groin, de la truffe. Tous s’accordèrent pour penser qu’il était nécessaire de se rassembler s’ils voulaient survivre. Conscients que les hommes, partout, avaient pris le pouvoir sur la terre, ils se dirent que la façon dont celle-ci avait été administrée jusque alors  méritait au moins quelques petits ajustements. 

Une abeille particulièrement informée évoqua dans un vrombissement fiévreux le réchauffement de la planète, le risque nucléaire, l’épuisement des ressources naturelles, la destruction de la biodiversité.

« Notre nid brûle et nous regardons ailleurs » déclara une oie cendrée tout à fait convaincante devant une assemblée d’alouettes, de chouettes et de colibris qui, avec force et gravité, turlutèrent, hululèrent, zinzinulèrent,  de concert.

« Nous ne pouvons pas continuer ainsi. Il nous faut prendre nos destins en pattes. Ne restons pas chacun prisonnier de nos égoïsmes, cooptons-nous,  l’union fait la force » aboya un vieux chien solidaire et décidé. 

« Exactement ! Il n’y a aucune raison que les hommes soient les seuls à décider de l’avenir d’une planète sur laquelle nous sommes encore plus nombreux qu’eux » enchaîna une girafe démographe et revendicatrice.

Alors, à Paris, une grande réunion fut organisée. Un Grenelle des bestioles. Chaque espèce animale devait être représentée. Les animaux chargés du protocole s’arrachèrent qui les poils, qui les plumes, qui les écailles  pour tenter de ne mécontenter personne. A cause de vieilles querelles, d’intérêts contradictoires, de points de vues fortement divergents, les agneaux et les brebis refusèrent d’être placés près des loups, les antilopes de s’asseoir près des lions, les gnous de coudoyer les hyènes. Un corbeau en raison d’une ancestrale humiliation exclut d’assister à la réunion s’il devait se retrouver en présence d’un seul renard.

L’ambiance, on le voit, était tendue, les atermoiements, les tergiversations, les ajournements nombreux. Beaucoup de libellules, de mouches domestiques et d’éphémères eurent tôt la certitude que leurs vies seraient trop courtes pour pouvoir assister à cette 

réunion, qui, finalement, un beau jour quand même eut lieu. 

C’est une tortue géante, venue spécialement des Seychelles à qui revint, en raison de son grand âge, la gloire insigne d’ouvrir les débats. En réalité, elle n’était pas tout à fait la plus ancienne de l’assemblée. Une palourde et une méduse la dépassaient en âge mais l’une et l’autre étant peu habituées à s’exprimer en public, elles préférèrent décliner l’honneur qui leur était fait. 

Les débats commencèrent. Les traducteurs firent des prouesses pour que les piaillements des moineaux puisent être compris des sauterelles dont les stridulations devaient être intelligibles pour les rhinocéros.

Une mouche domestique fut très applaudie quand avec fougue elle bourdonna que la seule véritable mesure emblématique serait d’accorder à chaque animal vivant sur terre le droit de vote. Grosse impression.

Après quelques instants d’enthousiasmes partagés, les libellules jugèrent que le droit de vote serait notamment mal employé par les moustiques qui rendaient si difficiles la vie des étangs. Les coqs firent valoir  que la population des poules, toujours croissante,  risquait dans les basses-cours de rendre la démocratie insupportable aux mâles. 

On décida de reporter à une date ultérieure les conclusions de la réunion.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.