J’ai reçu une invitation qui m’a surpris, qui m’a, je ne m’en cache pas un peu tourneboulé, un peu chamboulé et je suis heureux, ce matin, de pouvoir partager mon désarroi…

Il s’agit d’une invitation Facebook reçue la semaine dernière et ainsi libellée « Christophe Girard vous a invité à aimer Christophe Girard ».

Je connais un peu Christophe Girard, adjoint à la mairie de Paris pour l’avoir croisé sur un tournage. A chaque fois que je l’ai rencontré par la suite, nous avons échangé des poignées de mains et des sourires cordiaux mais sans plus… J’étais loin de penser qu’un jour je recevrai par courrier électronique ce message sans ambiguïté, cette approche finalement assez frontale, cette réinterprétation moderne de l’amour courtois « Christophe Girard vous a invité à aimer Christophe Girard » qui dénonce une sorte de schizophrénie chez Christophe Girard, un trouble dissociatif de l’identité, se dédoublant quand il s’agit de solliciter une relation poussée. 

Découvrant cette invitation, j’apprenais aussitôt, un peu déconcerté,  un peu rassuré aussi, que cette sollicitation amoureuse n’exigeait pas l’exclusivité puisque l’on m’indiquait dans la ligne juste en dessous que  Caroline Loeb et 49 autres amis aimaient ça.

Aimaient quoi ? Aimaient ça. Là encore, je m’interrogeais. 

Que désignait ce « ça » ? Christophe Girard lui même ou l’invitation d’aimer Christophe Girard ? Christophe Girard, personnalité politique pouvait-il être réduit à « ça »? Non, sûrement pas… 

Dans quel imbroglio amoureux étais-je précipité ?

Je connais un peu Caroline Loeb, j’ai beaucoup d’estime pour elle, je l’ai également croisée plusieurs fois et je m’interroge sur ce projet de vie qui consiste avec elle et 49 autres personnes à aimer Christophe Girard.

Là encore, je ne peux m’empêcher de me questionner. Christophe a des responsabilités politiques importantes à la Mairie de Paris, Caroline est occupée par de nombreux projets de chansons, de spectacles, notamment celui qu’elle fait sur Françoise Sagan, moi même je suis pris par divers occupations programmes plus ou moins artistiques, comment pourrions nous sérieusement envisager un avenir commun, accompagnés, qui plus est, de ces 49 amis que je connais plus ou moins, parfois pas du tout et qui certainement, eux aussi, ont des occupations professionnelles, des engagements sentimentaux, des charges familiales…

« Christophe Girard vous a invité à aimer Christophe Girard ». Je suis touché Christophe, naturellement, extrêmement touché mais n’est-il pas préférable que l’un et l’autre, de notre côté, et Caroline aussi, et les 49 autres personnes également, prenions la peine de réfléchir, peut-être de mettre tout à plat et de ne pas nous embarquer dans une histoire qui pourrait nous dépasser et qu’un jour, les uns et les autres nous pourrions regretter ?

Voilà pour l’instant l’état de mon cheminement intérieur concernant cette invitation qu’évidemment je n’ai pas pris à la légère.

« Christophe Girard vous a invité à aimer Christophe Girard ». Ne le prenez pas mal, Christophe, n’imaginez aucun ressentiment à votre égard, ne croyez pas que je vous méprise, que je vous dédaigne, que je vous rejette. 

Simplement, François Morel réserve la réponse de François Morel.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Le Billet de François Morel Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.