Afin de prendre le recul nécessaire, j’ai voulu laisser passer un peu de temps, avant d’intervenir au sujet de l’affaire Dupont de Ligonnès car la précipitation, dans ce domaine comme dans d’autres, ainsi que me le faisait remarquer un éjaculateur précoce, est de mauvaise augure.

Si je veux, ce matin, évoquer l’affaire Dupont de Ligonnès, c’est parce que c’est la première fois que je peux prendre publiquement la parole depuis le fiasco écossais de la semaine dernière alors que je suis directement associé à ce fait divers, et ce depuis l’éclatement de l’affaire  en avril 2011 quand je me suis retrouvé, à mon corps défendant, dans le même dossier.

Je vous sens intrigué et je vais vous livrer les explications. C’est une histoire de familles. Francis, le cousin de mon père, s’est marié en seconde noce avec Juliette qui avait déjà un fils prénommé Michel. Michel s’est marié il y a un peu plus de 50 ans avec Marie-Thérèse.

Marie-Thérèse, dans les premières années de sa vie professionnelle, a été bonne dans un château, celui de Varenne, situé à Champsecret, dans l’Orne, pas loin de Domfront et tout près de la maisonnette où ma grand-mère paternelle faisait office de garde-barrière, sur la ligne Caen-Laval, détruite dans les années 60 par des politiciens particulièrement visionnaires qui ont décidé de supprimer les lignes de chemins de fer au profit de l’essence, de la bagnole, du transport routier et de chaussées toujours plus larges et toujours plus encombrées.

Mais ne nous égarons pas et revenons à ce qui apparaît comme une affaire dans l’affaire. 

Marie-Thérèse,  je la connais très bien puisque son mari, Michel est, ni plus ni moins, le fils de Juliette, l’épouse de Francis qui était le cousin de mon père.  Eh bien, figurez-vous que Marie-Thérèse, quand elle était bonne au château de Varenne a gardé le jeune Xavier Dupont de Ligonnès et l’a même poussé dans son landau lors de promenades agrestes dans le parc du château. Ça vous en bouche un coin ? C’est la vérité pure. 

Ce qui fait que Marie-Thérèse, depuis avril 2011, a réuni tous les articles de journaux qui concernent la tuerie de Nantes et les a rassemblé dans un dossier alors déjà existant puisqu’il contenait les articles me concernant. « François ? Un peu que je le connais ! Il est le fils du cousin de Francis qui s’est marié avec Juliette, la maman de Michel mon mari ! »

Dupont de Ligonnès et moi même étant les deux people que connaît Marie-Thérèse, c’est naturellement qu’elle a réuni tous les articles de journaux et magazines qui traitaient de l’une ou l’autre de ces deux personnalités en vue qu’elle a pu rencontrer dans sa vie.

Dans les années 90, d’un point de vue médiatique, j’avais pris de l’avance par rapport à Xavier vu que même s’il n’était pas le dernier pour la rigolade il n’a jamais intégré la troupe des Deschiens. L’honnêteté cependant m’oblige à concéder que que dès ce fameux mois d’avril 2011, Xavier m’a dépassé puisqu’il a eu les honneurs de tous les quotidiens, de tous les magazines, notamment Détective, Enquêtes criminelles, Dossiers criminels, Police Magazine et que depuis une semaine le dossier de Marie-Thérèse a encore nettement grossi, hélas à mon désavantage. 

Sans vouloir polémiquer, ni tenter de me situer dans une quelconque compétition vis à vis du tueur supposé de Nantes, je signale que j’ai moi même fait l’objet d’un article dans Télé 7 Jeux, ce qui n’est pas à la portée du premier assassin venu. 

Concernant l’affaire proprement dite, j’ai naturellement tenté de glaner des renseignements de première main auprès de Marie-Thérèse. Elle m’a dit que Xavier était très mignon, très souriant, pas spécialement capricieux.

Ainsi que le disait Christian Mounier, un des directeurs de la  Série Noire dans les années 80 « Si les enfants naissaient adultes, il y en aurait vraisemblablement un peu moins. »

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Le Billet de François Morel
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.