Reconnaissons-le. Si des efforts ont été faits, des efforts restent à faire.

(Je suis assez content de cette phrase d’introduction parce qu’elle est très facilement réutilisable pour les sujets les plus divers et que, par ailleurs, elle est assez peu clivante).

Oui, des efforts ont été faits, des efforts restent à faire, et peu d’auditeurs, parmi les plus agacés par les humoristes gauchos bobos de France Inter trouveront à redire à cet habile préambule fédérateur. 

Des efforts ont été faits, monsieur Demorand, des efforts restent à faire. Mardi prochain, nouvelle journée de manifestation dans toutes les villes de France. Il ne faut pas baisser les bras et si des efforts d’inventivité ont été faits, il faut continuer à faire preuve d’encore plus de créativité. Je parle des slogans entendus dans les manifestations.

Je vous en rappelle quelques uns : 

« Retraites à points, retraités à poil »

« De la pression que dans ma bière »

Ce slogan, joliment amusant :

« La retraite, pas l’arthrite »

Ce slogan dédié à Marie-Pierre Planchon :

« Il fait froid mais on est chaud ».

Et ces autres slogans plus ou moins menaçants jouant sur l’homonymie : 

« Manu on va en venir aux poings », « Mettons ko la retraite par poings ». 

Également, un slogan qui mêle adroitement les inquiétudes sociales aux préoccupations écologiques : « Macron, fumier, on va te composter ».

Un slogan né sur le net :

« Mets des paillettes dans nos retraites, Manu »

Et aussi ce slogan qui rappelle que la jeunesse est provisoire puisque les étudiants de Mai-1968 sont devenus les vieux d’aujourd’hui:

« Sois vioc' et tais-toi ».

On remarquera aussi ce slogan efficace, à la nostalgie charcutière :

« Pour les patrons, tout est bon dans le Macron ».

Notons que Macron est un nom dont la sonorité est efficace dans un slogan, contrairement, hélas pour le président de la République,  à Philippe. Je pense qu’il était dommageable de choisir un premier ministre Edouard Philippe identifié par deux prénoms. Le slogan doit être agressif, direct. Le prénom sous-entend l’empathie, la sympathie, la proximité. 

Jacques Chirac l’avait compris qui avait nommé un premier ministre dont le nom se terminant en « é «  pouvait se prêter à de nombreuses rimes.

« Dans le cochon tout est bon, dans le Juppé tout est à jeter. »

Oui, encore un slogan charcutier.

La question est de savoir si Edouard Philippe peut  servir de fusible au président quand son nom est en réalité un prénom.

Peut-être. Il faut creuser. Il faut tenter d’intégrer le nom du premier ministre dans les prochains slogans…

« Philippe, Philippe, avoue que tu flippes ! »

Je ne dis pas que ce slogan est idéal, c’est un "work in progress".

« Philippe, Philippe, tu continues comme ça, tu te retrouves en slip ! »

« Rip, Rip pour le plan Philippe ».

Ne nous décourageons pas.

Nous aurons probablement dans les semaines qui viennent l’occasion de trouver de nouvelles rimes.

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.