Le professeur des écoles venait de sonner le début de la récréation...

Comme chaque jour, les enfants étaient sortis de la classe dans un joyeux brouhaha et lui, était resté derrière son bureau. Ses collègues, ce matin là avaient en charge la surveillance de la cour. Tranquillement, le professeur des écoles effaça le tableau noir, sortit sa cigarette électronique, puis entrouvrit la fenêtre. Sans le vouloir, il surprit une conversation…

-         Eh, y a Benjie, il a montré son zizi!

-         C’est même pas vrai !

-         Si c’est vrai ! C’est même pour ça qu’il vient plus à l’école. Il a été puni !

-         C’est même pas vrai !

-         Si, c’est vrai. Il voulait être délégué de classe, il veut plus y être. De toute façon il aurait jamais été élu délégué de classe.

-         Si ! S’il aurait voulu, il aurait pu y être délégué de classe.

-         Même pas vrai ! Personne voulait voter pour lui ! De toute façon, Benjie, c’est un crâneur. Même les filles elles voulaient pas voter pour lui ! Benjie c’est un crâneur ! Benjie c’est un crâneur !

-         T’en sais rien de toute façon ! Toi non plus tu vas pas être élu, toi aussi t’es un crâneur !

-         Et en plus Benjie il a montré son zizi! Benjie il a montré son zizi!

-         De toute façon t’es qu’un gros pépère qui pue du derrière.

-         Sui qui l’ dis qui y est !

-         T’es qu’une grosse patate pourrie.

-         Sui qui l’dis qui y est !

-         M’en fous t’es plus mon copain.

-         M’en fous t’as jamais été mon copain. Je te déteste trop… T’es qu’un prout qui sent des pieds ! 

-         Toi aussi t’es qu’un prout qui sent des pieds. Si je veux, je m’en fous, je dirais des trucs que je sais sur toi qui sont pas très joli monsieur gros prout qui sent des pieds ! 

-         Rapporteur !

-         J’m’en fous, je dis ce que je veux !

-         Benjie il a montré son zizi! Benjie il a montré son zizi!

Le professeur des écoles sourit, il en avait assez entendu. Ces conversations enfantines, somme toute inoffensives, anodines, récurrentes,  elles étaient, ni plus ni moins, le quotidien des cours de récréations. Il ne fallait pas s’en alarmer, ni leur donner trop d’importance. Le mieux que les adultes avaient à faire, c’est ne pas s’en soucier… En refermant la fenêtre de la classe, le professeur des écoles s’aperçut de sa méprise. Il n’y avait pas d’enfants sous la fenêtre, c’était juste la rumeur d’une journée dans la vie des plus importants responsables de la politique française…

-         Benjie, il a montré son zizi

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.