Ce matin, François Morel a apporté son Mélodica...

Cette semaine, étant donné que c’est la dernière chronique de la saison, j’aime autant prévenir, je n’ai pas trop travaillé.

Alors, j’ai apporté mon Mélodica. Pour faire un peu de musique. Enfin, ce n’est pas encore tout à fait de la musique. Je suis en formation musicale.

Mais quand on dit que la musique adoucit les mœurs c’est faux. Depuis que je me suis mis au Mélodica, on n’arrête pas de s’engueuler avec ma femme.

Elle trouve que je joue trop fort. Elle est d’une mauvaise foi hallucinante. C’est pas le fait que je joue fort qui est gênant, c’est le fait que je joue faux. Seulement ça, personne n’a le courage de le dire à cette époque du politiquement correct où les notions d’apprentissage et de transmissions sont mises en avant.

Je lui ai dit à ma femme « tu ne te rends pas compte de ton intolérance ! Si Ravel avait dû essuyer les mêmes critiques que moi, il n’aurait jamais pu écrire son Boléro. »

Le Boléro que je joue, ce n’est pas tout à fait le Boléro de Ravel. C’est un Boléro d’après Ravel. C’est un arrangement. 

Sinon, l’ambiance est bonne à France Inter. Je suis allé voir Laurence Bloch dans son bureau la semaine dernière, elle m’a offert une gourde, je ne sais pas comment je dois le prendre…

Dès septembre, on sera aux taquets. On va essayer de faire encore de meilleurs scores pour rester la Première Radio de France et ainsi rendre encore plus dur le plan social qui s’annonce. Le ministre de la Culture a expliqué que c’est parce que tout allait bien à Radio France qu’il fallait changer et notamment  sabrer le budget. C’est pas bête.  Je me demande si on aurait pas dû essayer d’être un peu plus médiocre afin de garder tous les effectifs…

C’est ma dernière chronique de la saison. On ne peut pas être trop exigeant. L’année est faite… On a déjà la tête ailleurs, sur les plages ou la perspective de l’année prochaine.

Tout à l’heure, Augustin va présenter Boomerang. Il est comme moi, il est venu un petit peu les mains dans les poches, il n’a pas trop préparé de question non plus, il espère que l’invité sera sympa, il est venu avec  un Monopoly. Sonia, c’est pareil, elle a apporté des Petits Chevaux et un Mille bornes… 

L’année prochaine, moi, si je suis au point, je ferai toutes mes chroniques au Mélodica. J’ai toutes les vacances pour répéter… ♪♫

A propos de vacances, vous savez qu’Hervé Pauchon s’en va ? On l’embrasse parce qu’on l’aimait bien et qu’on espère retrouver ailleurs sa délicatesse, son empathie, son absence de cynisme, sa manière discrète et souriante d’envoyer de bonnes ondes…

Qu’est-ce qu’il y a de mieux à faire à la radio que tenter d’envoyer des bonnes ondes ?

Déjà fini mon intervention ? Dommage. Je n’ai encore rien dit.

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.