Ainsi que le disait à peu près l’excellente et regrettée Colette Renard, « le jour, je buzze tout simplement ».

Après ma chronique de la semaine dernière qui a été largement reprise sur les réseaux sociaux, je me suis dit que je ne devais pas faire moins cette semaine si je voulais prospecter de nouveaux followers afin d’asseoir, auprès des internautes, la popularité de France Inter, et par là même,  la mienne. Plusieurs pistes se présentaient à moi quand il s’est agi de réfléchir afin de trouver un sujet à la fois suffisamment polémique et fédérateur : Manuel Valls à la mairie de Barcelone, la démission programmée de Gérard Collomb, le pistolet de Bennala dans un restaurant de Poitiers ou ce clip mortifère d’un parfait inconnu bénéficiant grâce à Valeurs Actuels et le Figaro de la meilleure campagne de presse gratuite. 

J’ai opté finalement pour cet événement qui a enflammé la semaine médiatique, notamment en Bretagne, particulièrement dans le Morbihan, précisément à Vannes, je veux parler naturellement de ce procès qui a eu lieu mercredi dernier au tribunal correctionnel de Vannes et qui a condamné une femme de 84 ans à une amende et un retrait de permis.

Les faits ? Je vous les rappelle… 

Je ne vous apprendrai rien en vous signalant que récemment la Place des Lices à Vannes était en travaux afin notamment de renouveler la conduite d’eau potable qui datait de plus de 100ans et par conséquent interdite à la circulation. Cependant, une Peugeot 107, conduite par une octogénaire, aurait ce jour là, roulé sur le pied d’un sexagénaire, amateur de randonnées. L’octogénaire nie les faits. Le sexagénaire souffre d’une fracture et d’une luxation. Que penser ?

Un témoin affirme que l’octogénaire se serait montrée vindicative en sortant de son véhicule, à l’arrêt, selon elle, dans une zone qui cependant n’était pas interdite à la marche à pieds. Le sexagénaire souffre. L’octogénaire regimbe. Le sexagénaire déguste. L’octogénaire refuse de laisser ses coordonnées. Un témoin avisé relève son numéro d’immatriculation.

Le procureur de Vannes a réclamé à l’encontre de la conductrice un mois de prison avec sursis, une suspension de son permis de conduire 

pour trois à quatre mois  et un stage de sensibilisation à la sécurité routière.

Voilà ce qu’il faut retenir : le stage de sensibilisation à la sécurité routière ! En France, il existe beaucoup de personnes âgées, octogénaires, nonagénaires, centenaires qui ne conduisent plus mais qui ont toujours leur permis. Pourquoi ne pas leur proposer, en plus du scrabble et des exercices de mémorisation, de suivre des stages de sensibilisation à la sécurité routière afin de pouvoir vendre régulièrement leurs points à des conducteurs plus jeunes qui ont besoin de récupérer des points afin de ne pas perdre l’usage de leur permis de conduire ?

Les maisons de retraites sont onéreuses, les EHPAD coûtent bonbon. Cette idée mise en pratique, ce serait du gagnant-gagnant.

J’ai à peine fini cette chronique, en forme de contrepied sous Peugeot 107, que l’on me dit qu’elle suscite déjà un très fort intérêt sur tous les réseaux sociaux.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Le Billet de François Morel Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.