Une mesure s’impose en France. Ça ne peut plus durer. Je propose que soit créé un Ministère du Rire, de l’humour et de l’Histoire Drôle.

La fameuse question « Peut-on rire de tout ? » fait régulièrement les gros titres de la presse à côté du chômage et du terrorisme. Le rire est un sujet qu’il faut traiter avec sérieux et c’est naturellement à l’Etat de donner une direction cohérente. Sinon, les gens finiront par rire n’importe comment, n’importe où et nous conduiront à la catastrophe.

Il faut faire le bien des gens, parfois contre leurs avis. Les citoyens ne savent pas. Ce sont des enfants. Ils fument. Ils boivent. Ils rient. Ils rient, parfois en dépit du bon sens. 

Ce qui peut être  grave. Pour soi et pour les autres.

D’autant que le désir de rire est partout. Beaucoup de gens sont addicts au rire…

Aujourd’hui, en l’absence de Ministère du Rire, de l’Humour et de l’Histoire Drôle, chaque ministre se retrouve obligé de tweeter chaque fois qu’apparaît une histoire drôle qui ne lui convient pas et le temps qu’il perd à tweeter pour donner son avis sur une blague, sur une plaisanterie, sur une galéjade, c’est autant de temps qu’il perd pour tweeter sur la composition de ses petits déjeuners, la marque de ses chaussures, la couleur de son veston. 

Le Ministère du Rire, de l’Humour et de l’Histoire Drôle devrait pouvoir travailler à la production d’histoires drôles et d’humour convenable. C’est un chantier d’avenir. La création des histoires drôles serait développée dans chaque grande région française où seraient construites de grandes fabriques d’histoire drôle . 

Situées un peu à l’écart des grandes villes, ces fabriques auraient pignons sur rue.  On entrerait dans de grands open-space. Là, un groupe d’ingénieurs se concentrerait sur le démarrage de l’histoire drôle. On entendrait, par bribes, des promesses d’hilarités « C’est un type qui veut acheter une bagnole à sa femme », « C’est une blonde qui prend l’ascenseur pour la première fois », « C’est un gars qui arrive dans un bistrot après son boulot… » Des développeurs, souvent des intérimaires, travailleraient sur le corps de l’histoire drôle en donnant des indications inutiles mais permettant à l’histoire drôle de se déployer agréablement. « C’était en plein hiver, place de la Bastille », « C’était au bord de l’autoroute, en direction de La Bourboule »… 

Un peu plus loin, un peu à l’écart, on trouverait un groupe plus silencieux, plus concentré, celui des chutistes. Les chutistes seraient un peu les aristocrates de cette confrérie. Ils auraient la responsabilité délicate de trouver la touche finale, la synthèse idéale, le parangon du parachèvement. Les chutistes, parmi les ouvriers du rire seraient   les plus respectés, les plus vénérés, les plus craints,  parce que détenteurs du génie comique. Ces têtes d’œufs, ces admirables professionnels auraient des fulgurances reprises à l’infini sur les cours de récréations et près des machines à cafés. « Et poêle à mazout ! » « Mais c’est ce que je te demande depuis tout à l’heure… » « Eh bien dans ce cas, t’a qu’a prendre ma femme ! » 

En attendant la construction de ces usines, les ministres, qui ont toujours quelque chose à dire sur les réseaux sociaux, jugent ce qui est cocasse, ce qui ne l’est pas, ce que doit être l’humour, ce qui est autorisé à être amusant. Plutôt qu’être drôles, ils ont choisi d’être risibles.

L'équipe
Mots-clés :
Suivre l'émission
Nous contacter
(ré)écouter Le Billet de François Morel Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.