On le croyait annulé. En, fait, dans la torpeur covidesque, il avance en silence. Je parle du fameux projet appelé le D-Day Land !

Vous aimiez la Normandie pour son Pont-L’Evêque et son Camembert, son Livarot et son Neufchâtel, son bocage verdoyant, son calvados gouleyant, ses plages, ses pommiers, ses vaches, sa crème et son beurre frais,  vous l’aimerez désormais pour le D-Day Land ! Le 6 juin 1944 comme vous ne l’avez jamais imaginé ! Un parc d’attraction mémoriel pour reconstituer le jour le plus long! 30 hectares pour jouer à la guerre, se prendre pour un GI et faire son propre débarquement sur les plages de Normandie.

Se recueillir sur les tombes des américains tués pour avoir combattu le nazisme, marcher sur les plages et profiter du ressac pour laisser son esprit vagabonder en invoquant ses hommes si jeunes, si courageux qui, un matin de printemps 1944, avaient risqué, parfois perdu la vie, pour que d’autres puissent être libres, c’est très gentil mais ça ne rapporte rien ! C’est quand même dommage, tout ce sang versé pour si peu de dividendes ! Pas un euro, pas un dollar, pas un kopeck, rien !

En France, on n’a pas de pétrole mais on a des idées derrière la tête.

Ce qu’il faut, coco, c’est retenir le touriste avec un grand machin qui va l’occuper, qui va le distraire. Un truc marrant, sexy, un projet pharaonique  pour raconter les 156 000 hommes engagés dans l’Opération Neptune, les 10 600 tués, les 11 912 tonnes de bombes, les 11 500 avions déployés, les 6 939 navires !

Une guerre en virtuelle, une immersion totale, un voyage totalement dépaysant ! Plongeon dans l’univers merveilleux de l’armée américaine, fontaines et spectacles aquatiques, reconstitutions en 3D, parcours d’obstacles inspirés par les stages commandos avec tirs factices qui amuseront petits et grands !

Des attractions formidables ! Opération Tonga, accroché à un parachute puis à un planeur au dessus de la mer et des paysages magnifiques de la campagne caennaise telle qu’elle était en 1944, reconstituée par images de synthèses, avec un passage ultra-comique où l’on aura l’impression de rester coincé sur l’église de Sainte-Mère-Eglise, voyages en jeeps, en sous-marins, bombardements aériens, vous aurez l’impression vous tout seul  d’exploser la défense allemande. 

Et puis repartir du D-Day Land, le cœur léger après avoir acheté à la boutique du D-Day Land les produits du terroir revisités, coca-cola au cidre et chewing-gum au Livarot !

Fini la culture, vive l’animation.

A l’heure où les pouvoirs publics favorisent le Puy du Fou au détriment du Festival d’Avignon, une mine de travail pour les intermittents du spectacle qui pourront se reconvertir en figurants et crapahuter sur de fausses plages en silicone reconstituant Omaha Beach.

Que ça donne des idées à d’autres territoires qui pourraient se servir de leur patrimoine historique afin de valoriser leurs régions. Bientôt un Oradour land pour les amateurs d’émotions fortes, intenses, extrêmes ! Et un Verdunland avec ses reconstitutions de tranchées, de tirs d’obus et de quiches lorraines ! La honte doit être interrégionale !

En France, on n’a pas de pétrole mais des idées à la con, ça on n’en manque pas ! 

L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Le Billet de François Morel