Quand on pense qu'on reprochait aux présidents de ne pas tenir leurs promesses ! Frédéric Beigbeder sait maintenant que le pire est quand ils les tiennent.

Hier soir j’ai dîné avec Augustin Trapenard à la Bibliothèque Nationale de France. Eh bien je vais vous dire : le soir il est très différent du matin. On comprend rien de ce qu’il dit, il parle d’horizontalité. Il m’a même grondé parce qu’il n’était pas d’accord avec mon analyse de l’œuvre de Pierre Bourdieu. Ah ouais c’est l’éclate les dix ans du prix de la BNF décerné à Emmanuel Carrère qui a prononcé un brillant discours sur l’uchronie. Autant vous dire que j’ai très mal à la tête ce matin. Bon à propos de soirées intellos, avez-vous avez lu l'entretien d'Emmanuel Macron dans la Nénérèfe ainsi que l'appelait Louis-Ferdinand Céline ? Il prononce dans le numéro de mai 2018 de la Nouvelle Revue Française une phrase hallucinante qui n'a pas suscité énormément de réactions. En substance le président de la République se réjouit de la situation merdique de l'Europe. 

Extrait 

La planète se réchauffe, la France croule sous les dettes, les peuples élisent partout des démagogues xénophobes, les migrations ne vont qu'augmenter avec la fonte des glaces, la menace terroriste est permanente et la guerre atomique est presque déclarée, mais c'est super les gars, puisque ça rend le job de Macron plus romanesque !! Depuis quelques semaines le vernis craque. Le CEO de l'Élysée ne fait même plus l'effort de paraître humble. C'est plus Bonaparte, c'est Chateaubriand : "levez-vous, orages désirés" (d’ailleurs il a été exaucé par la météo cette semaine) La tragédie ça l'inspire ! Le président a besoin de tragique pour se motiver ! Quand des millions de migrant se jettent à la mer lui ça l'excite ça lui donne envie de faire des discours classe au Congrès américain, à la Sorbonne ou sur l'Acropole !!! Jamais lu une phrase aussi folle : 

Extrait

Non mais il a fumé la moquette du salon Murat ? Le chef de l'état se réjouit du malheur qui va nous obliger à être créatifs. Imaginez Picasso qui se réjouirait du bombardement de Guernica : chouette c'est horrible je vais pouvoir peindre un chef d'oeuvre ! Ou Duras : wow, Hiroshima mon amour ! Bon ça c’est vrai qu’elle l'a écrit pour de vrai.

Ah ça oui il est loin le temps des présidents normaux. Moi qui ai toujours refusé d'être un écrivain normal, je ne vais pas reprocher à Macron d'être un président anormal. Il assume publiquement son délire : pas étonnant qu'il s'entende si bien avec Donald Trump. Vous trouviez Sarkozy fougueux et arrogant et speedé ? Mais à côté de Macron c'était un vieux moine tibétain, retiré tout nu dans une grotte en haut de l’Himalaya ! C'est l’hystérie d'Emmanuel Macron qui lui a permis de mener la réforme du code du travail puis celle de la SNCF. Quand je pense qu’on reprochait aux présidents précédents de ne pas tenir leurs promesses ! Mais quelle connerie ! 

Maintenant on le sait : le seul truc pire qu’un président qui ne tient pas ses promesses, c’est un président qui tient ses promesses ! 

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.