Bonsoir Paris je suis désolé de ne pas avoir pu monter à la capitale à cause des grèves à Air France et à la SNCF.

Remarquez je ne m'en plains pas : je suis en direct de France Bleu Pays Basque... ici il fait un temps radieux : 30 degrés, un ciel bleu, sans nuages, les gens sont détendus, souriants, pas stressés... 

C'est une bénédiction, cette grève des transports, finalement. Je trouve qu’il est très bien, Emmanuel Macron. Il aime l’Histoire de France. Il a vu que cette année on fêtait les 50 ans de mai 68 et comme il n’était pas né à l’époque, il a envie de voir comment c’était. Alors il s’est dit : on va lancer 25 réformes en même temps, comme ça il va y avoir une grève générale, et la France va vraiment revivre mai 68. Il a le sens des commémorations, notre Président de la République. Il est en train de lancer la "chienlit 2.0" ! 

Et comme je suis un mutin, un mec engagé, moi aussi ce matin j'ai décidé de me mettre en grève. Et donc j’ai pas travaillé plus que ça… Voilà voilà... (silence) (toux) Pardon ma grève a commencé hier soir je suis un peu enroué parce qu’en fait le soir en avril même s‘il fait beau sur la côte Basque faut quand même mettre une écharpe... 

Marc Fauvelle a dit hier matin que les couche-tard vivaient moins longtemps que les couche-tôt, oui mais comme ils dorment moins que les autres ça revient au même en durée totale de vie non ? (silence) Faudrait calculer… Pour les auditeurs qui prendraient l'émission en cours de route, ce matin ma chronique est en grève et par conséquent s'il y a des silences, c'est normal, c'est du militantisme politique. 

sinon il fait quel temps à Paris ? Ah oui c'est chouette quand même parce que l'hiver a été long hein. Quand même ça fait du bien... 

(Silence) non mais c'est vrai que ça fait plaisir de voir les gens en tee shirt quand il se met à faire chaud comme ça. Ça met de bonne humeur. (rires) 

Excusez-moi mais je ris parce que j'imagine la tête de la nouvelle présidente de Radio France, Madame Sibyle Veil, si jamais elle écoute la radio ce matin et qu'elle entend des longs blancs, ne vous inquiétez pas madame c’est conceptuel. (silence) À ce propos je suppose qu'une chronique en grève n'est pas rémunérée ? Non hein. C'est ce que je pensais. 

 bon bah c'est pas tout ça mais je crois que vous avez sûrement des trucs à faire, y'a peut-être des informations à 9h, Marc ? 

Vous ne faites pas grève de votre côté ? Pensez-y, en mai 68, Guy Debord a écrit "ne travaillez jamais" sur un mur de la rue de Seine  ! 

 Allez je suis épuisé c'est crevant la révolution, je vais faire la sieste. C'est sûr, c’est grâce à des gens comme moi qu'on va changer le monde !

L'équipe
Mots-clés :
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.