Pour 2017, Frédéric Beigbeder a plein de bonnes résolutions : fini, l'adolescent attardé qui critique sa vie sans rien faire pour la changer… Du coup, il faut profiter de 2016 !

Frédéric Beigbeder a tout un tas de bonnes "révolutions" pour 2017
Frédéric Beigbeder a tout un tas de bonnes "révolutions" pour 2017 © Getty / Nora Carol Photography

Les bonnes résolutions pour 2017

En 2017, je vais être un bon mari et un bon père de famille. Ma femme aura des orgasmes tous les jours, et quand elle s'endormira, entre deux spasmes de jouissance fulgurante, je changerai les couches du bébé. Je ferai la vaisselle et la cuisine. Je serai l'homme parfait. Et quant mon épouse me dira "I love you", comme la princesse Leia, je répondrai calmement "I know".

En 2017, je ne vais pas boire toutes les nuits, ni fumer, ni tout le reste - et même, tiens, je vais devenir végétalien, parce que c'est ignoble ce qu'on fait aux animaux, ainsi qu'à leur lait, ainsi qu'à leurs œufs, et à leur saucisson industriel

En 2017, je remplacerai le foie gras par tofu et la tequila par du jus d'herbe bio.

En 2017, je vais enfin assumer mon âge. Je vais me remettre du sport comme tous les vieux. Je fais vivre sainement. Je ne mettrai plus mon téléphone dans les poches de mes jeans parce que je ne veux pas mourir d'un cancer des couilles.

En 2017, j'aurai la raie sur le côté, comme François Fillon.

En 2017, je vais arrêter de critiquer le système auquel j'appartiens ; je vais agir pour le changer.

En 2017, soyons fou, je vais être de gauche.

En 2017, il n'y aura plus de génocide comme à Alep, parce que je serai courageux, et que je m'engagerai contre l'injustice, comme Bernard Henri Levy. Tiens, à propos, je me demande pourquoi quand BHL pousse à intervenir en Libye pour éviter un massacre, tout le monde se fout de sa gueule, et quand personne n'intervient en Syrie pour éviter un massacre, tout le monde pousse à intervenir. C'est pas logique !

En 2017, je vais porter une chemise blanche échancrée en hommage à BHL.

En 2017, je vais militer pour la libération d'Asli Erdogan, oui parce que j'ai écouté la revue de presse juste avant figurez-vous.

En 2017, je vais accueillir chez moi une famille de réfugiés syriens, et les nourrir, les loger, les aider à obtenir la nationalité française.

En 2017, Prince, Bowie et George Michael ne pourront pas mourir puisque c'est déjà fait ! Ça ne pourra jamais arriver un truc aussi horrible ! Par exemple que Pierre Barouh, Debbie Reynolds et Michel Déon meurent le même jour.

En 2017, je ne ferai plus de chroniques ironiques sur France Inter, où l'auditeur se demande si c'est du lard ou du cochon, alors que c'est juste des moments de solitude.

En 2017, je vais être humble, je serai un écrivain mythique. Tous les jeudis matins, je serais super discret sur une radio écoutée par des millions de gens.

En 2017 j'essaierai d'écrire mieux.

Mais comme là, on est encore en 2016...

Il me reste deux jours ! Deux jours pour boire de la tequila ! Fumer ! Manger de la côte de bœuf et du fois gras. Avoir les cheveux décoiffés. Me comporter comme un adolescent attardé. Critiquer ma vie sans rien faire pour la changer. Culpabiliser pour Alep sans accueillir un seul syrien chez moi, ni porter de chemise blanche ouverte ni devenir un poète maudit. Ironiser sur tous les candidats aux élections sans jamais proposer la moindre solution.

Encore 48h pour êtr totalament déirsoire sur une radio écoutée par des millions de bobos

Il me reste 48h pour fêter la libération de Jacqueline Sauvage en pleurant la mort du dernier des hussard, Michel Déon, en chantant Saravah de Pierre Barouh, profitez-en vous aussi !

48h, comme disait Carrie Fisher à sa mère : "Profitez du voyage".

L'équipe
Mots-clés :
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.