Les voeux 2015 de François Hollande
Les voeux 2015 de François Hollande © capture d'écran

Je ne sais pas si ça va mieux en le disant. En tout cas, il les a dit François Hollande, ses vœux pour la France hier soir ! J’imagine que vous avez regardé. Moi oui et je vous le dis, j’ai failli ne pas tenir. Il était sinistre. Je n’avais jamais vu autant de détresse dans les yeux d'un mammifère, depuis la fois où j'ai emmené mon chat se faire castrer chez le vétérinaire. Terrible.

C'était sinistre mais ça aurait pu être pire. Parce que moi, j'ai retrouvé le brouillon de son allocution. Ce qu'il avait initialement prévu de dire François Hollande. Vous allez voir. Je vous le lis.

Mes chers compatriotes,

Ca ça ne change pas. Au passage « chers » compatriotes. Des compatriotes qui le payent 15.000 euros par mois. Je ne sais pas qui est le plus cher ? Mais bon passons.

Donc, chers compatriotes,

C'est la merde. Je vous le dis, c’est la merde. Comme dirait Desproges, les grossiers vont trouver ça vulgaire. Mais c'est la merde, il n’y a pas d’autres mots.

La situation de la France, vous la connaissez. Pourrie. La courbe du chômage, on dirait la courbe de mon cholestérol. Oui vous l’avez remarqué. Les seuls emplois que j’ai créé c’est chez Nutella. J’en bouffe 4 pots par jour depuis deux ans en regardant « Sex and the city » en pyjama sur le canapé de l’Elysée.

Oui, regarder les problèmes sentimentaux des autres, c’est la seule chose qui me détend. Vous connaissez les miens. Vous lisez Closer . Donc vous êtes au courant de mes problèmes avec les gonzesses. D’ailleurs comme si je n’avais pas assez de soucis comme ça, dernièrement, vous savez ce qu’on m’a offert ? Une chienne. Philae.

Je la sens pas. Elle n’obéit à un seul ordre c’est « couché ». On dirait une journaliste du Figaro devant un cadre de l’UMP. D’ailleurs comme tous les journalistes, je lui ai fait une niche. Fiscale. Oui oh il faut bien rigoler un peu.

De toute façon, les femmes, ça ne m’a jamais réussi. Je vous rappelle que si j’en suis là c’est de la faute d’une certaine Nafissatou. Elle aurait posé un RTT le 14 mai 2011, je serais aujourd’hui pénard, député de Corrèze ou ministre d’un truc qui sert à rien, comme la justice. Ne me dites pas le contraire, je vous rappelle que Balkany n’est toujours pas en taule.

Bref, de toute façon, je ne sais même pas pourquoi je vous parle. Je sais que vous ne m’aimez pas. J’ai vu les chiffres. Oui j'ai repris deux points dans les sondages. C'est parce qu'ils ont interrogé ma grand-tante. Elle est complètement sénile elle me confond avec sa plante verte. Donc du coup, elle m’aime beaucoup, même si elle trouve que j’ai la tige un peu molle.

Oui, oh je vous entends d’ici ricaner. Je m’en fous. Je ne vous aime pas non plus. La France est vraiment un pays de cons. Et j'en sais quelque chose puisque, c’est moi le roi.

Alors vive la République, mon cul ! Vive la France mon cul, et comme disait Desproges : nonne année mon cul !

Voilà ce qu’aurait pu être son allocution.

Voyez, on a échappé au pire, mais ne désespérez pas ! S’il continue sur cette lancée, François Hollande, ça promet le retour de Sarkozy ou l’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir en 2017. Et là, on n’échappera pas au pire.

L'équipe
Mots-clés :
(ré)écouter Le billet de Guillaume Meurice Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.