Aujourd’hui, une fois n’est pas coutume, je vais vous parler d’amour.

Le vrai amour celui qui nous offre nos plus belles émotions, nos plus belles larmes de joie ou de peine, nos plus belles maladies sexuellement transmissibles.

La pire des maladies sexuellement transmissibles étant évidemment, vous la connaissez : l’enfant.

Et bien figurez vous que nous sommes le 25 septembre et que selon les statistiques, c’est le jour de l’année où il y a le plus de naissance en France. Pourquoi me direz vous ? Et bien simplement parce qu’il y a 9 mois c’était le réveillon du nouvel an. Et vous savez ce que c’est, un coup dans le nez, un coup dans le… Enfin voilà quoi… Pas que dans le nez.

L’occasion de rappeler l’adage populaire qui veut que si l’alcool est la cause de nombreux décès, il est également la cause de pas mal de naissances.

Nous souhaitons donc la bienvenue à tous ces bambins issus d’une copulation hasardeuse dans une cuisine de salle des fêtes sur le coup de 3 heures du matin, entre un prince charmant complètement bourré au mousseux avec un chapeau en carton sur la tête, et une jolie future maman aussi déchirée que sa robe avec en fond sonore la chanson des sardines de Patrick Sébastien.

Avec une conception comme ça s’il ne devienne pas serial killer, ils auront du bol.

Bon en ce qui me concerne je ne crains rien parce que je me souviens très bien avec qui j’ai fini ma nuit du dernier réveillon du nouvel an. Vous savez avec qui Éric ? Si, vous savez ! Avec vous. J’étais dans le 5/7 le premier janvier et je tiens à signaler aux auditeurs que malgré ses avances insistantes, je n’ai pas couché avec Éric Delvaux.

Alors évidemment certains vont me dire, tu n’as plus besoin de coucher avec Éric pour avoir un enfant avec lui. C’est vrai. On peut en acheter directement au Kenya ou en Somalie comme le fait Madonna. Mais bon avec mon salaire de chroniqueur, je n’ai pas les moyens, et Éric avec son teint pâle de matinalier, il supporte très mal le soleil de l’Afrique.

Et puis je vous rappelle que nous sommes en surpopulation. On pourrait être 10 milliards d’êtres humains en 2050. 10 milliards ! À ce rythme là, les sérial killer vont devenir indispensables, voire de salubrité publique, et le droit de faire l’amour sera autorisé uniquement sur les chansons de Patrick Sébastien.

Paradoxalement ce n’est pas une raison pour paniquer. Et non car l’humanité regorge d’idées astucieuses pour réguler sa population.

Car savez-vous qu’elle est la plus grande cause de mortalité dans le monde ? Il s’agit de la connerie.

Et oui, sans la connerie nous n’aurions pas le nucléaire, les OGM, les cigarettes, les décapitations, les bombes à sous-munitions, ni même Patrick Sébastien.

Et mince, à la base je voulais vous parler d’amour… C’est loupé. Je ne sais pas comment j’en suis arrivé là… Je ne sais pas faire. Je n’ai pas le talent de Patrick Sébastien. Bon puisque c’est comme ça je vous laisse avec un de ses plus beaux poèmes en musique. Profitez en pour faire l’amour en l’écoutant...

L'équipe
(ré)écouter Le billet de Guillaume Meurice Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.