Non mais attend pour qui tu te prends « genre le gars ça va mieux en le disant ! » T'es vraiment un boloss toi.

Pardon. Excusez-moi. Non ce n’est pas une imitation de Patrick Bruel asthmatique. Non, c’est juste que je suis retombé subitement en adolescence. En fait je vous explique : j'ai trop regardé un reportage sur les frondeurs et ils me font penser à moi quand j'étais adolescent.

C'est vrai, j'étais exactement comme eux. Je disais « De toute façon notre famille elle est trop pourrie. Je vais fuguer et puis vous me reverrez jamais et puis c’est tout ! ». Et puis ma mère elle me disait « ah c'est dommage parce que ce soir j'ai fait des Knacki ». Et moi je répondais : « ah ouais, t'as fait des Knacki et ben ouais ben... Hein… Je fuguerai demain alors ! » Parce que les Knacki ben j'aimais bien ça !

Remplacez les Knacki par des postes aux élections. Et vous avez les frondeurs.

Jérôme Guedj, par exemple, dans sa tête, c’est Che Guevara. Et moi aussi à 14 ans, j’étais pareil ! J'avais tout ! La casquette Che Guevara, le tee-shirt Che Guevara, le slip Che Guevara.

D’ailleurs, est-ce que ça vaut bien la peine de faire une révolution pour finir sur des slips ? On peut se poser la question.

Caleçon Che Guevara de Guillaume Meurice
Caleçon Che Guevara de Guillaume Meurice ©

Mais c’est pas le sujet ! Le sujet, c’est de dire à Jérôme Guedj que s’il était Che Guevara, il ferait brûler le Parlement. Et là, on le prendrait au sérieux ! Et là, dans 30 ans, on aurait des casquettes Jérôme Guedj, des housses de couettes Jérôme Guedj, et des slips Jérôme Guedj !

Mais il ne le fera pas. Je le sais, j’étais pareil à 14 ans. Même comportement. Je me souviens quand j'étais trop pénible, mes parents me disaient : « ok tu veux continuer à être chiant ? Pas de souci on t'envoie une semaine chez tatie Jacquotte ». Tatie Jacquotte, c'était l'argument ultime. C’est l’équivalent du 49.3, Tatie Jacquotte. Comment vous dire ? Imaginez un mélange d’Alex Taylor et de Michèle Alliot-Marie ? Eh bien tatie Jacquotte, c'était pire que ça.

Du coup, les frondeurs, qu’est-ce qu’ils font avec leurs convictions. Ils s’assoient dessus, ça leur fait un petit coussin moelleux, pour les bancs de l’Assemblée, c’est pratique.

Bon après, les frondeurs, ils ont aussi le côté touchant de mes 14 ans. À l'époque, je pensais aussi qu'on pouvait changer les choses de l'intérieur. Je me disais : plus tard, je m’inscrirai au Ku Klux Clan pour leur faire aimer Vincent Mac Doom. J'irai dans une émission de Benjamin Castaldi et je ne ferai pas de fautes de syntaxe. J’irai…

  • Bon Guillaume il faut finir votre chronique maintenant.

Quoi tu veux m'empêcher de parler ? Mais moi si tu continues je me tire de ton 5/7 pourri. Tu crois que je n'ai que ça à faire de me lever à 5 heures pour voir vos tronches de bouffons ?

  • Comme vous voulez. On vous remplacera par Kev Adams, c'est pas grave.

Hein ? Ok c'est bon à la semaine prochaine !

L'équipe
(ré)écouter Le billet de Guillaume Meurice Voir plus
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.