La saison touche à sa fin, les audiences sont bonnes, le cœur est à la bamboche, mais avec le mauvais esprit qui me caractérise j’aimerais modérer votre enthousiasme.

Jonathan Lambert
Jonathan Lambert © Radio France / capture d'écran

C’est un peu mon rôle, je ne fais pas partie de l’équipe dois-je le rappeler, j’ai été missionné par la direction comme une sorte d’observateur, sévère parfois mais juste.

Or il y a eu faute dans l’année. Et comme dirait Minos dans Peur sur la ville « ma justice parce que qu’il faut qu’il y en ait une, vous a déjà condamné ». 

Alors chers auditeurs et auditrices, j’aimerais vous faire revivre cet épisode qui personnellement m’a fait vomir mon croissant. 

Nous sommes le matin du 2 mars 2021, Jean Michel Blanquer est reçu ici même pour évoquer le maintien des écoles ouvertes en tant de covid. Et les efforts de nos enseignants vont être réduits à néant en quelques mots. Ecoutez bien, ça va aussi vite que c’en est épouvantable …

Archive

  • Jean-Michel Blanquer : « C’est cette approche ciblée qui nous permet de tenir depuis de nombreux mois et d’avoir un atout en France qui est d’avoir les écoles ouvertes. C’est vrai que ça devient une exception française mais y a tout lieu d’en être fier parce que c’est très important pour nos enfants. »
  • Léa Salamé : « Ouais mais si on écoute les médecins … »

Vous avez entendu ? « Ouais mais si on écoute les médecins» ! 

« Ouais mais » en lieu et place de « Oui, cependant », ou « D’accord néanmoins » ! Et devant le ministre de l’Education ! « Ouais mais » ? 

Et pourquoi pas Wesh Blanquer ?  

A ce moment là le temps s’arrête dans le studio. 

La mâchoire de Nicolas Demorand se décroche. Fort heureusement elle n’ira pas loin puisque le masque FFP2 la rattrape dans sa chute. Dans la régie, le réalisateur n’en croit pas ses oreilles, il coupe le micro de Léa mais le mal est fait. Se sentant responsable, il mettra fin à ses jours l’après midi même, en léchant toute une banquette du RER B.

A l’étage, chez les huiles, ça bouge dans tous les sens. On parle de têtes qui vont tomber. Yann chouquet entame une grève de la faim, compte tenu de sa maigreur habituelle, elle passera inaperçue.

Laurence Bloch se mure dans le silence et se met en boule dans un coin de son bureau. Il faudra plusieurs jours et utiliser un pied de biche pour la déplier.

Evidemment certains s’en réjouissent, On prédit la fin de la journaliste préférée des français. Des mauvaises langues diront d’ailleurs que le sondage qui l’accrédite comme telle a été réalisé devant l’ambassade du Liban. 

C’est qu’ils sont plusieurs à vouloir prendre sa place. 

Les plaintes affluent au CSA. Les courriers anonymes s’entassent au rythme des # ouais mais non !

Valeurs Actuelles en fait sa Une en titrant « Quand radio France devient Radio Racaille ». Tandis que Libé, comme on pouvait s’y attendre, prend sa défense en publiant une tribune intitulée :

« Le petit faux pas de Léa SalaOuaimais. »

Quant à Fabrice Drouelle, il se frotte les mains, « ça fera un bon sujet pour Affaires sensibles d’ici 5 ans ! » pense-t-il …J’imagine déjà l’intro !

Extrait

Fabrice Drouelle : « Aujourd’hui dans Affaires sensibles deux mots et un scandale : « Ouais mais » ou comment une erreur de diction peut précipiter une carrière. »

Et bien vous, je ne sais pas mais moi j’ai très envie d’écouter cette émission. « Ouais mais » pour ça, il faudra attendre 2026.