Vous le savez, je prends très à cœur mon rôle de chroniqueuse actu et quand un grand sujet agite la société, je me dois d’aller vérifier par moi-même. Par exemple, au moment de la Manif pour Tous, par pure conscience professionnelle, j’ai testé l’homosexualité.

Mon verdict : c’est tout collant et on comprend rien à qui doit faire quoi à quel moment. Mais définitivement, c’est compatible avec l’éducation d’un enfant.

Et la semaine dernière, le tribunal administratif de Grenoble a suspendu les travaux du Center Parcs de Roybon après des semaines de bras de fer.

Alors je me suis dit: que peut-il y avoir de si dangereux avec ce parc ? C’est vrai, dans les pubs, les gens ont l’air tellement heureux sur leurs vélos!

On dirait qu’ils respirent de l’air rempli de cocaïne et de shit tellement ils ont l’air contents d’être ensemble dans la forêt de Center Parcs!

Donc j’ai pris sur moi et j’ai décidé d’aller tester Center Parcs. Bon, c’était avant tout un fantasme d’enfant. Quand j’étais petite, j’avais trop envie d’être élevée dans la famille Center Parcs : tous blonds, souriants, bien dans leur peau, alors que chez moi, on était tout l’inverse : bruns, trapus en surpoids et toujours à gueuler. 10 clones de Jean Benguigui qui mangent salement, vous voyez ?

Mais bon quand on arrive, on réalise vite qu’entre la pub et la réalité, y a un monde. Déjà, y a pas de bungalow pour une seule personne, du coup, j’ai été obligée de cohabiter avec une famille de Hollandais qui pratiquaient le semi-naturisme.

Ce sont des gens qui se déplacent habillés, mais avec des trous, juste au niveau des parties intimes. Finalement, c’est encore plus dérangeant que s’ils étaient complètement nus.

Mais attention, à Center Parcs y a aussi beaucoup de familles normales, c’est à dire pas heureuses, voire carrément en crise.

Je soupçonne des parents qui viennent là-bas avec leurs enfants d’espérer secrètement qu’il y en ait un qui se noie dans la piscine à vagues ou qui fasse une dramatique chute de cheval, juste pour alléger la charge familiale et obtenir des dommages et intérêts.

Et puis la majorité des gens à Center Parcs, c’est pas des familles. C’est des seniors ! Oui, c’est le mot respectueux pour dire des vieux. J’ai vite compris pourquoi: le parc aquatique de Center Parcs c’est le seul endroit au monde où l’incontinence est une donnée socialement acceptable !

Du coup, t’as que des vieux qui passent d’un bassin à un autre en discupissant. Oui, c’est le mot pour quand on discute en, bref, vous voyez. Ils s’en foutent, parce que contrairement à la légende, personne n’a jamais inventé le produit qui colore l’eau quand on urine ! Je peux vous le certifier, j’ai fait le test dans toutes les piscines publiques d’Ile de France ! C’est un mythe!

Ils se croient tout permis les vieux là-bas, j’en ai même vu un nettoyer son dentier avec les petites fontaines pour les enfants.

Mais Center Parcs, c’est aussi un florilège d’activités sportives : tennis, squash, golf, équitation... Rien qui me concerne, quoi. Je comprends pas comment les gens font pour prendre du plaisir dans l’effort. Moi, je sais que prendre du plaisir dans le plaisir. Pour mon bien-être, j’applique la bonne vieille méthode PVB : pâtisserie-vodka-bouillotte. Avec ça, je suis jamais stressée. Grosse oui, mais pas stressée.

Donc pour résumer, Center Parcs, c’est pas comme dans la pub, on dirait les locaux d’une secte, faut prendre 8 douches par jour pour éliminer les odeurs de chlore et d’urine MAIS ça ne représente aucun danger particulier donc pas la peine d’en faire tout un drame. La semaine prochaine, j’irai à Fessenheim tester ma résistance aux radiations atomiques. Bisou!

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.