Pour s'informer sur la situation en Syrie, Nicole suit le fil d'Hadi Alabdallah. Et elle compare ce qu'elle y lit avec le Guide du routard de 2006 : c'est une guerre si proche...

Capture écran de Nicole Ferroni
Capture écran de Nicole Ferroni © Radio France / France Inter

► Le fil twitter de d'Hadi Alabdallah, journaliste citoyen syrien, dont parle Nicole Ferroni

► LIRE AUSSI À Alep, une fin dans le sang et les flammes

Le billet de Nicole Ferroni

Je suis assez démunie sur la guerre en Syrie parce que je le vois, comme à chaque fois, je suis pas sûre d’avoir toujours compris donc je suis très souvent dans le faux parce que c’est un tel sac de nœud que je vois que si je dis “Honte à Bachar” on va me dire “Ah bah c’est ça, bravo Ferroni, vous soutenez l’Etat Islamique”, et si je dis “Vive Bachar” - décemment je ne le dis pas, quand on voit le nombre de civils qui meurent.

Ce à quoi certains me répondent : “C’est peut être l’écho des médias européens manipulés”. Alors que je le sais, j’ai la flemme d’aller lire de longs articles pour être manipulée, donc je vous dis comment je procède. Il y a deux mois, j’ai demandé à Google comment on écrivait “Alep” en arabe, ce qui m’a permis sur Twitter, cette plateforme où sont publiés de tout petits messages, de trouver des gens qui se présentent comme journalistes suivant le conflit sur place.

C’est ainsi que, depuis peu, je suis les publications d’un certain Hadi Alabdallah qui se présente comme journaliste indépendant. Je l’ai suivi parce que :

  1. Twitter a mis un petit sigle bleu pour me signaler qu’il existe vraiment,
  2. Sur les vidéos qu’il partage on voit sa tête sur fond d’Alep, enfin, sur fond de ruines, sans photomontage, ce qui veut dire que ce monsieur a le mérite et le courage d’être sur place,
  3. Ce jeune homme suit régulièrement le travail des casques blancs syriens, ces civils qui sauvent d’autres civils , ce qui me fait dire qu'Hadi Alabdallah est au moins un peu du côté des civils.

Donc j’ai décidé de faire de ce jeune homme, de cinq ans mon cadet, ma toute petite lorgnette sur la guerre dans son pays mais pour dire vrai je n’ai aucun moyen de savoir si ce qu’il écrit est propagande ou vérité.

D’autant que souvent je n’ai pas le moyen de savoir ce qu’il écrit tout court, puisque Hadi commence toujours par publier en arabe. Donc de façon beaucoup moins ludique, au lieu de faire “Apprend l’anglais avec Dora”, je fais des séances de “Apprend l’arabe avec la guerre”.

Voici quelques uns de ses mots :

Traduction : Des familles entières enterrées sous les décombres, des corps de civils éparpillés dans les rues.

Nous n'oublierons pas comment le monde a forcé le peuple d’Alep a choisir entre deux options : la mort collective ou l’exil massif.

Jusqu’à ce matin : Le peuple d’Alep n’a pas dormi cette nuit en attendant l’évacuation promise des civils, rien de neuf nous continuons à attendre.

C’est vrai, ce sont ses mots, et moi je n’ai rien de concret pour en parler.

Non - la seule chose que j’ai de concrète chez moi, c’est un vieux guide du routard que mon papa a utilisé quand il est allé en Jordanie et en Syrie en 2006 et voilà ce qu’on peut y lire sur Alep : "À 350 km de la capitale, Alep est la deuxième ville du pays, une des grandes cités mythiques de ce monde, mais grosse bagarre entre Alep et Damas pour le titre envié de la plus ancienne ville n’ayant jamais cessé d’être habitée. Pour dormir l’hôtel Anadi [?], tranquille et très propre, propose des chambres roses confortables (tv, frigo, air climatisé) qui s’organisent autours d’une terrasse jaune et ensoleillée. Pour manger, les restaurant alkouma[?] propose un cadre oriental autours de tables basses qui donnent une ambiance très cozy. Et concernant les pâtisseries, la pâtisserie Azrak [?], rue al Tunian[?], en face du cinéma Guyarit[?] propose les fameuses aleppines , un délice de pâte d’amande, de pistache et de sucre."

Et quand j’ai lu ça, je me suis dit : c’est bizarre, Hadi n’en a jamais parlé.

En effet, si on compare les phrases de Hadi en 2016 à celles du moustachu du Routard en 2006, on sent que je tiens là, quelque chose de très concret sur la guerre en Syrie.

A savoir que la guerre, ce n’est pas si loin que ça.

La guerre, ce n’est pas un truc de “loin, là-bas”.

La guerre, ça peut avoir des allures d’un “Ici et de maintenant” qu’on prend qu’on fracasse.

C’est prendre un présent et le réduire en cendres. Remplacer le cosy par la terreur. Mettre un chaos qui ne laisse plus aucune place à la douceur pas même celle des pâtisseries car la guerre avale toutes les couleurs et met du noir à la place.

La guerre c’est l’horreur et pas si loin ni dans l’espace ni dans le temps.

Alors vous allez me dire :"Nicole vous n’allez pas finir cette chronique comme ça…" Non. Je vais finir par un tout petit troop fait par les mots de mon papa qui après avoir vécu des bombardements quand il avait 8 ans, après avoir été militaire, vit maintenant des jours paisibles et a pour la guerre un projet d’avenir. Il me dit :

Le cannibalisme, avant c’était répandu et maintenant les gens disent "les hommes se mangeaient et on appelait ça du « cannibalisme »". Eh bien un jour, peut être qui sait, la guerre sera si loin derrière l’humanité qu’on pourra dire, "les hommes se tuaient et ils appelaient ça « la guerre » ".

L'équipe
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.