Ce matin, Nicole Ferroni est enchantée par la magie de Noël et celle du Loto...

Distributeur des boules du loto
Distributeur des boules du loto © Getty / Jonathan Kitchen

Je suis enchantée par la magie de Noël, car en plus des bûches et des cadeaux, c'est le moment du Loto. Moi, j'aime trop le Loto. Vous savez, celui où on achète le carton avec les numéros, il y a une dame qui boulaye, c'est-à-dire mélange, et elle tire un à un les numéros. Et là, toi, tu mets un pois chiche, ou plutôt un maïs pour pas que ça roule, sur chaque numéro. Et dès que tu as une ligne complète de numéros, tu crie "Quine !" (enfin, en tout cas, chez nous, on crie "quine"), et là, tu gagnes un lot que tu ne choisis pas. Donc, ça peut être un saucisson même si tu es végane. Une coupe de cheveux même si tu es chauve. Mais c'est l'esprit Loto, celui de l'enchantement. 

Et moi, là où je suis très enchantée, c'est que cette année, je ne vais pas que jouer, mais carrément animer un Loto puisque ce soir, je vais animer le Loto de la Ligue contre le cancer au profit des avocats de Marseille. Oui, puisque Marseille est une ville, j'imagine, tellement sale que les robes des avocats sont noires à cause de la suie et que ça me parait bizarre, non? Ah pardon, c'est l'inverse. C'est ça. Je me suis trompée. Non, c'est le Loto des avocats de Marseille au profit de la Ligue contre le cancer. Ah voilà, c'est ça. Et c'est d'ailleurs pour ça que j'avais accepté puisque j'en ai déjà parlé ici, le fils de ma copine, Sophie Marin, allait hélas régulièrement au service d'oncologie pédiatrique de l'hôpital public de la Timone. Et comme je sais que le gouvernement a bien du mal à trouver le chemin pour amener de l'argent aux hôpitaux publics, j'étais partante pour assister ceux qui leur montrent la voie. Et je sais que cette voie sera belle grâce aux nombreux lots et surtout aux nombreux participants du Loto de ce soir. Et ainsi, la soirée sera bénéficiaire et les organisateurs de ce Loto seront enchantés, comme le sont tous les organisateurs de Loto.  

Enfin tous... Non ! Car il existe un organisateur de Loto en France qui, actuellement, se dit en colère, épuisé, agacé de monter au créneau pour son propre Loto, à savoir l'organisateur du Loto du patrimoine, monsieur Stéphane Bern, qui, sur demande, non pas des avocats, mais du gouvernement, avait animé l'an passé le Loto du patrimoine qui avait permis de récolter 25 millions d'euros pour sauver le patrimoine français. Mais voilà problème : avant-hier, monsieur Bern découvre que le gouvernement et les députés de la majorité ont voté l'application de prélèvements sur cette cagnotte, prélèvements qui serviront, comme l'explique la secrétaire d'État aux Finances, madame Runacher : "Il s'agit de prélèvements qui sont affectés au financement du sport et à la Sécurité sociale".  

Et là, quand on entend ça, même si on n'a rien contre le sport ou la Sécurité sociale, on comprend que monsieur Bern soit en colère de voir que les recettes de sa cause, le patrimoine, peuvent servir à autre chose, comme du ping-pong. Car nous, animateurs de Loto, nous avons une responsabilité vis-à-vis de nos joueurs. Évidemment, celle d'animer donc de faire des blagues. Ce soir, quand je vais tirer le numéro 11, je vais crier "Oh, comme les jambes de Ginette" ou "88 comme les jambes de Janine". Mais surtout, j'ai la responsabilité de confiance, car les gens qui nous donnent de l'argent nous donnent aussi leur confiance et que moi, je n'ai pas le droit, ce soir, de faire avec la cagnotte contre le cancer ce que fait le gouvernement avec la cagnotte du patrimoine ou bientôt avec la Caisse autonome de retraite des avocats, à savoir m'en servir pour ce que je veux. Je n'ai pas le droit de dire aux gens ce soir : "Ecoutez. Merci d'avoir financé la lutte contre le cancer, qui est une maladie qui fait beaucoup de mal. Comme la presbytie d'ailleurs, qui fait aussi beaucoup de mal, puisque quand on ne voit pas bien, on peut se cogner. Et voilà pourquoi une partie de l'argent contre le cancer sera utilisée contre la presbytie". Non ! Car il y aurait une rupture de confiance totale des citoyens vis-à-vis de la probité du responsable de caisse, plus globalement, vis-à-vis de mon engagement, et c'est pour ça que je suis enchantée d'avoir appris, hier dans la soirée, que le gouvernement était revenu sur son erreur concernant le Loto du patrimoine. Reste donc à croiser les doigts pour que ce même gouvernement fasse preuve d'autant de lucidité, humilité et probité pour toutes les autres caisses qu'il s'apprêterait à réformer.  

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.