Ce matin, Nicole Ferroni aborde les délais de prescriptions dont y sera peut-être question au Sénat...

Je suis pressée, je suis d'ailleurs tellement pressée que je n'aurais pas le temps de parler des invités, de la primaire et des présidentielles, parce qu' avant il y a une échéance bien plus importante... celle de l'arrêt des travaux parlementaires, puisque oui, députés et sénateurs arrêtent de travailler le 27 février. Il ne reste donc qu'un tout petit délai pour faire passer des lois, que le mieux c'est d'en parler. De quoi ? Ben des délais justement, et plus précisément des délais de prescription. Pour rappel, le délai de prescription, c'est quoi ? Ce'st cette durée au-delà de une personne qui a enfreint la loi ne peut plus être poursuivi pour le délit ou le crime qu'il a commis.

Et ce délai en France pour un crime, est de 10 ans... Donc notamment pour viol ou meurtre.

Si quelqu'un vous tue, vous n'avez que 10 ans pour ressusciter et traîner votre agresseur en justice... Au-delà de quoi, en plus d'être mort, vous ne serez jamais indemnisé. Et dans le cas d'un viol sur mineur, le délai de prescription est de 20 ans pile à compter de la majorité de la victime. Autrement dit, en tant que victime, vous avez jusqu'au jour d de l'anniversaire de vos 38 ans, pour porter plainte. Mais pas un de plus. Car le délai de prescription est comme un train qui part... avant l'heure, c'est possible, mais après l'heure c'est trop tard. Et justement, pour éviter que trop de gens ne loupent leur train, il avait été proposé à l'assemblée nationale récemment que ces délais soient doublés, les passant de 10 à 20 ans. Enfin sauf dans le cas des viols sur mineurs, dont le délai de prescription serait lui resté à 20 ans. Ce qui est un peu bête , parce que beaucoup de victimes peuvent avoir des amnésie post-traumatique plus longues que ça.

Mais bon, apparemment la vérité peut sortir de la bouche des enfants, mais, pas plus de 20 ans !

La suite à écouter :

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.