Ce matin, Nicole nous parle de son don pour prédire l'avenir de l'éducation nationale...

Nicole donne ses sources

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Source #2 : ... mais la fiction zinzin de Ferroni est rattrapée par une réalité plus zinzin encore... car oui, désormais "chaque entreprise anime son école en vue de former ses élèves" comme je l'avais prédit...et le propose le Ministère du Travail  sur son site

Source #3 : ... d'autant que par cette loi, le temps de travail des apprentis a été allongé et le travail de nuit  autorisé.  "On vous offre le digeo, et un apprenti malléable?"  "Oh merci, volontiers pour un limoncello et un travailleur de nuit bon marché" 

Source #4 : Ainsi, même si cette loi s'appelle " Liberté du choix de son avenir professionnel", il semble que les enseignants des CFA (Centre de Formation à L'Apprentissage) n'ont désormais ni la liberté ni le choix...ni même un avenir professionnel...?

Source #5 : Pour les amateurs de textes législatifs pour le goûter, le voici (de mémoire, c'est l'article 11 qui permet d'ouvrir des CFA maison par les entreprises)

Source #6 : Pour rappel, la rémunération d'un apprenti peut se cantonner à 400€ pour effectuer un 2/3 temps (d'où la photo de l'article du gars payé en pièces?), les entreprises auraient tort de s'en priver...

L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.