Dans sa chronique, Nicole Ferroni a un message pour toutes les auditrices et les auditeurs : montrez vos seins aux médecins ! En effet, le corps médical alerte que, du fait de la crise sanitaire, il y a en ce moment un grand retard sur les diagnostics de cancers !

Ali Baddou : Nicole Ferroni, bonjour, on me dit ce matin que vous êtes touchée… 

Nicole Ferroni : Oui, mais pas assez apparemment. Parce que même si comme tout le monde ce matin, je suis touchée parce  reconfinement probable, touchée par cette crise sanitaire et économique qui pend au nez. Eh ben, je ne suis pas assez touchée par moi-même et par les autres. Comme la plupart des françaises, d’ailleurs. 

Alors, vous allez me dire : Ah bon, Nicole est-ce-que c'est le bon horaire pour une chronique sur la masturbation ? Non pas du tout. Non, ce que je vous propose c'est une chronique de tripotage utile. Je vous explique… En ce moment, parce que le coronavirus occupe le haut de l'affiche, et qu'il nous confine, parce qu'il détourne notre regard et nous  séquestre, il paraît que des crabes en ont profité pour proliférer silencieusement parmi nous. 

Autrement dit, pour être clair : le corps médical alerte que, du fait de la crise sanitaire, il y a en ce moment un grand retard sur les diagnostic des cancers ! Normalement, en France, ce sont 380 000 cas de cancers qui sont révélés par an. Soit un peu plus de 30 000 cas par mois. 

Mais depuis la crise Covid, des spécialistes en oncologie le constatent, il y a une diminution du nombre de cas diagnostiqués. Il en manquerait près de 30 000 à l’appel. 

Alors on pourrait se dire « Mais c'est bonne nouvelle ! », et crier : « Chouette ! Il y a moins de crabe ! Le coronavirus, a peut-être fait fuir le crustacé ? Qui l'eut cru-stacé… plaisant de savoir ça. Oui, sauf qu'en fait, non, pas du tout ! 

(la suite à écouter en vidéo!)

  • Légende du visuel principal: Nicole Ferroni en studio © Radio France /
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.