C'était en avril dernier, le confinement jouait les prolongations et Nicole Ferroni en venait presque à regretter Paris, son ambiance, ses rues cacophoniques, ses guerres de strapontins

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.