"Bien que l’étude soit encore en cours, il semblerait que l’essai clinique en double aveugle commencé le 20 janvier 2017 à Washington et qui consistait à inoculer à 330 millions d’américains un président antisystème, commence à livrer ses premiers résultats tangibles." Retour sur l’expérience populiste aux Etats-Unis

Bonjour à tous, 

Voilà, bien que l’étude soit encore en cours et que nous n’en soyons - comme disent les scientifiques, qu’aux « pré-print »… Il semblerait que l’essai clinique en double aveugle commencé le 20 janvier 2017 à Washington et qui consistait à inoculer à 330 millions d’américains un président antisystème, commence à livrer ses premiers résultats tangibles. 

Je rappelle la question de l’étude : qu’est-ce que ça donne concrètement d’élire un white supremacist, raciste, sexiste, opposé à l’avortement, à l’élite, aux médias et parfois même aux faits, se revendiquant du peuple censé parler par lui en lui et pour lui et surtout convaincu que tous les malheurs de son pays étaient dus à la présence d’immigrés ? 

Une expérimentation formulée par le Think-Tank de Steve Banon -l’autre vérolé de la pensée moisie- soutenu par les attendus suivants : “Après tout on n’en sait rien, on n’a pas encore essayé, et puis bon, si ça trouve c’est pas pire, faut voir avant de juger- et le fameux, on sait pas après tout, peut-être ça peut marcher…“

Oui, je sais, toute ressemblance avec des personnalités publiques et des arguments sévissant sur le sol français, soutenus par les neuneus qui les suivent … n’est absolument pas fortuite, bien au contraire.

On se souvient de celles et ceux qui avaient mis tous leurs espoirs dans ce remède miracle : 

Je pense à Thierry Mariani, Nicolas Dupont-Aignan et Jean-Philippe Poisson préférant le succès de Trump à celui de Clinton.

Je pense également à Florian Philippot et Charles Beigbeder se réjouissant de l’arrivée je cite « d’un homme libre », d’un homme qui « dérange l’establishment américain ».

Je me souviens également de Robert Ménard qualifiant Trump de « candidat du peuple contre les élites déconnectées » ou encore de Nadine Morano et Christine Boutin qui saluaient en chœur cette “claque aux médias“ pour l’une et à l’establishment pour l’autre. 

Je me souviens surtout d’une Marion Maréchal Le Pen, toute émoustillée à l’idée de serrer la paluche de Steve Banon, tout comme sa tante Marine Le Pen qui n’aura pas oublié de rappeler – comme si c’était nécessaire - les similitudes entre elle et Donald Trump par ses mots : « Tout le monde s’est mobilisé contre lui. Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? ». 

Et bah si, en fait si si, c’est marrant, ça nous rappelle vraiment quelqu’un

Si bien sûr et comme je m’y attendais, l'essai clinique organisé par les américains ont eu la gentillesse de mener, a eu un impact bon ben… catastrophique, ben, sur à peu près tout…. sur l'environnement, l'ordre mondial, la stabilité économique, la santé publique, l'égalité femmes/hommes, le droit à l'avortement… Je dois reconnaître qu’il y a au moins un domaine dans lequel le remède populiste d’extrême-droite a produit des effets tout à fait époustouflants, c’est en matière de racisme, de tensions raciales et d’émeutes… 

Là, franchement on est loin du placebo. Le principe actif bat son plein. Ça pète même tous les indicateurs : 

  • Sentiment d’impunité des racistes en uniforme de police s’autorisant à assassiner en pleine rue - Là bon, bah, ça marche. 
  • Sentiment de toute puissance, de tous les suprématistes blancs défilant armés dans la rue pour vociférer leur haine des noirs et ce, avec le plus grand soutien du président, là on est bon aussi. 

Alors bon c’est vrai les États-Unis ne sont pas la France, mais à une époque où en France le sentiment d’impunité des forces de l’ordre est objectivement grandissant, où le numéro deux du ministère de l’intérieur, Laurent Nunes est contraint de rappeler que le racisme n’a pas sa place dans la police et où pas mal de gens ont, de part et d’autre, intérêt à renforcer les tensions raciales : je crains qu’il y ait encore des partisans pour une nouvelle expérimentation. 

L’avantage maintenant, c’est qu’on sait que ça marche et pour qui voter si jamais ça en tente encore certains. 

  • Légende du visuel principal: Photo prise lors d'une manifestation devant la Maison Blanche aux USA, le 31 mai 2020 © AFP / ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / Getty Images
L'équipe
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.