En ces temps de grèves, de tensions sociales et de manœuvres policières. En ces temps de tensions internationales, de menaces nucléaires, d’exécutions téléguidées et de représailles ciblées.

Dans la fumée épaisse d’incendies continentaux, de réchauffement climatique et autres Paris-Dakar grotesque, j’aimerais que l’on prenne collectivement le temps d’écouter la question cruciale posée par la Présidente de la confédération Suisse, Simoneta Sommaruga lors de ses vœux à la nation depuis… sa boulangerie. 

 A nouvel an on se dit bonne année, mais c’est quoi au fond une bonne année ? 

Alors voilà, la question est sur la table, à une heure de grande écoute, je sais que certains nous écoutent en famille au petit déjeuner, mais il est peut-être temps d’affronter la réalité en face, le monde tel qu’il est, pas forcément tel que nous le rêvons, j’aimerais que tout le monde s’accroche parce que la réponse est sans appel. 

Une bonne année c’est quand rien de grave ne nous arrive à nous et à nos proches. C’est quand nous sommes heureux et que nous avons la santé. 

Je ne sais pas si tout le monde était préparé mais la réponse est là, dans sa vérité nue, sans détours ni faux fuyants. Une vérité que la Présidente de la confédération Helvétique ne va pas tarder à développer. 

Mais nous avons aussi d’autres souhaits. Avoir du succès dans notre vie professionnelle, faire de bonnes notes à l’école et puis nous espérons très fort qu’il y aura encore notre pain préféré à la boulangerie même quand nous arrivons juste avant la fermeture. 

Là je pense que tout le monde ici a bien saisi l’enjeux de cette intervention qui pose le problème de l’absence de notre pain préféré à la boulangerie, même lorsque nous arrivons juste avant la fermeture… ce qui peut arriver, … même en Suisse. 

Une déclaration cinglante, depuis sa propre boulangerie de quartier, à laquelle la Présidente Suisse a immédiatement rendu un vibrant hommage.

Dans ma boulangerie on sait comment rendre meilleur la vie des autres. Tous les clients sont accueillis avec chaleur, la plupart sont même interpellés par leur nom. Parfois on échange quelques mots, on se regarde dans les yeux  

Alors oui, même si la Présidente reste un peu vague sur la nature ou le contenu des échanges, elle n’hésitera pas à ouvrir une réflexion plus large

Le pain c’est un aliment de base. Je suis heureuse que chez nous tout le monde puisse acheter du pain.

Alors je sais quand on est français, ça peut foutre un peu les chocottes. 

Mais il existe bien un petit pays où la bienveillance a toujours court. 

C’est pourquoi si comme moi, vous n’êtes pas intolérant au gluten, ni à la gentillesse, je vous invite à venir me rejoindre en Suisse où je viens de déposer une demande d’adoption auprès de la Présidente de la confédération helvétique. 

Sur ce je vous souhaite une bonne année et d’avoir toujours, votre pain préféré même lorsque vous arrivez juste avant la fermeture. 

L'équipe
Thèmes associés
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.