Après Zemmour en access prime-time, Jean Messiha chroniqueur d’extrême-droite débonnaire, Pascal Praud en flux détendu.

Après le défilé ininterrompu de tout ce que la France compte de populistes, de complotistes, de Rioufol, de Bercoff Elisabeth Levy, Etienne Chouard : Canal plus, Sud Radio, les Grandes gueules, l’heure des Praud, C8, CNews se regroupent pour une émission extraordinaire, un défi au politiquement correct, à la bien-pensance et aux donneurs de leçons, une respiration décomplexée, en invitant tenez-vous bien, pour la réédition de son livre évènement “Mein Kampf“, j’ai nommé… Adolf Hitler !!!

Alors bien sûr, Adolf ne sera pas vraiment là, rapport à la mort, mais sera remplacé, par un panel, d’extrême droite, mais aussi d’extrême gauche, parce qu’on ne s’interdit rien, des gens qu’on n’entend nul par ailleurs, des complotistes, des populistes en veux-tu en voilà, des exclus, des laissés pour compte, mais également quelques nostalgiques du troisième Reich.  Un débat sans filtre, libéré par Cyril Hanouna et Pascal Praud sur une question que tout le monde se pose à l’occasion de la réédition de ce monument de la pensée politique : “En quoi Mein Kampf nous parle aussi un peu d’aujourd’hui ? “Une question qui fait polémique, Mein Kampf est un ouvrage, je ne vous l’apprends pas, très critiqué, et parfois même assez violemment. 

Quand d’autres, évidemment, continuent de trouver qu’il y a du vrai dans Mein Kempf et qu’Adolf Hitler n’a pas dit que des conneries même si bien sûr à cause du politiquement correct et des donneurs de leçons, ils n’ont plus le droit de le dire. Alors cher Cyril Hanouna que répondez-vous à ceux qui pensent que vous invitez et que vous vous adressez encore et toujours aux extrêmes : 

Moi ça ne me dérange pas d’avoir les extrêmes aujourd’hui, comme disait Pascal tout à l’heure, ils se disent on va regarder Hanouna parce qu’on va voir des gens qu’on ne voit pas ailleurs, des débats qu’on ne voit pas ailleurs, et on va voir des idées et des idéologies qu’on ne voit pas ailleurs, après que ce soit sur les deux extrêmes, ça a toujours été comme ça… 

C’est bien de le reconnaître, mais est-ce que ça ne finirait pas par être un peu putassier quand même, Pascal Praud ?  

Je peux aussi inviter parfois des gens qui sont excessifs parce qu’effectivement ce côté excessif va faire entre guillemets une télé attractive pendant cette séquence-là. 

Une télé de l’excès, privilégiant les extrêmes et le populisme destinée à caresser les ploucs dans le sens du poil en les confortant dans leurs idées beaufs et parfois un peu racistes sur les bords, Ivan Rioufol, ça n’est pas vraiment nouveau ?  

Et donc ça fait très longtemps que j’essaye d’être le porte-parole de ces gens qui n’ont pas la parole, et qui se sentent même méprisés par une partie du monde politique naturellement mais également du monde médiatique qui y voit des populistes, des ploucs, des gens qui roulent en diesel, qui pètent à table enfin etc 

Voilà : une télévision pour les populistes, les ploucs, les gens qui roulent en diesel et qui pètent à table, faite par deux animateurs faisant parti des plus puissants et des plus riches du paf, le tout pour le compte du milliardaire Vincent Bolloré.

L'équipe