4 ans d’attente, d’espoirs déçus, de négociations avortées, d’informations contradictoires. Soudain, jeudi dernier, nous apprenions enfin, enfin, enfin …

La libération de Sophie Pétronin. Après 1384 jours de détention, la dernière otage détenue française dans le monde est enfin libre. La joie de son fils Sébastien qui s’est tant battu pour retrouver sa mère. Sa « petite maman » comme il le dit si bien. Et puis au milieu de l’émotion d’un pays qui retrouve l’une des siens, elle a dit. 

J’ai transformé la détention, si on peut dire, en retraite spirituelle 

Et c’est là que, choquée par la conversion, de Sophie Pétronin à l’islam, toute la facho-sphère a séché ses larmes de joie pour lui… vomir immédiatement dessus. 

« Ah non, mais là ça change tout » « fallait la laisser là-bas » « Si elle s’appelle Mariam qu’elle retourne en Musulmanie ».

Et c’est ainsi, alors que Sophie Pétronin n’avait même pas encore pu prendre son petit-fils dans ses bras, que l’ensemble de l’extrême droite a choisi d’accueillir la dernière otage française dans le monde avec des messages de bienvenue aussi chaleureux que « on n’aurait jamais dû négocier » ou « faudrait la rendre à ses ravisseurs »… Des messages à la hauteur de l’état de choc dans lequel ils sont tombés.  

Alors que finalement le plus étonnant ce n’est pas que Sophie Pétronin se soit convertie à l’islam, non le plus étonnant, c’est  qu’après l’année qu’on vient de passer, il y ait encore des gens, pour croire en dieu en 2020!!!

Mais rien n’y fait, voilà tous les fachos sont vent debout contre ce qu’ils considèrent comme le coût exorbitant de cette libération. 

Des journalistes spécialisés précisent que la négociation n’a visiblement pas été menée par la France et que les contreparties concernaient plus probablement un autre otage, Soumaïla Cissé. Mais rien n’y fait, voilà tout le rassemblement national soudainement reconverti à la rigueur budgétaire et au souci d’économiser l’argent public.

Comment leur dire que Sophie Pétronin n’est pas la première otage à choisir de transformer la douleur de la détention en opportunité de quête spirituelle et que évidement si elle avait vu la vierge, j’imagine que l’accueil aurait été assez différent…

Comment leur dire que l’on n’est pas obligé de partager ni la foi, ni les prises de positions de Sophie Pétronin quand elle compare les groupes armés qui l’ont kidnappée à des organisations militaires régulières, pour avoir le droit de se réjouir sincèrement de sa libération.

Mais le plus regrettable au-delà de l’incapacité de l’extrême droite à appréhender la complexité du monde et des êtres, c’est que leur vacarme a failli me faire rater la très belle phrase qu’a prononcé Sophie Pétronin, lorsque pour expliquer son envie de retourner près des enfants de Gao, elle a dit ceci : 

Moi j’ai pris l’engagement pour les enfants. Si vous prenez un engagement allez au bout de votre engagement sinon vous aurez perdu votre raison d’être sur cette terre. 

L'équipe
(Ré)écouter Le billet de Sophia Aram
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.