Un sujet aura sorti Benoît XVI de son silence : les crimes pédophiles au sein de l'Église catholique.

Depuis 2013, date à laquelle, Benoit XVI avait raccroché les crampons, rien - je dis bien, rien - n'avait pu faire sortir l'ex-pape redevenu Joseph Ratzinger, du silence méditatif auquel il consacrait sa retraite entre deux prières, un footing dans les jardins du Vatican ou un cour de zumba.... on ne sait pas, puisque l'ex- attaché de presse de Dieu sur terre ne disait plus rien, absolument rien. 

Pas un seul événement n'avait suscité le moindre commentaire de sa part. 

La guerre en Syrie et les massacres commis par Bachar El Assad, les effets du dérèglement climatique, la crise migratoire, le terrorisme... 

Autant de sujets qui lui en touchaient une, sans remuer l'autre comme disent les jeunes séminaristes l'observant crouler des jours heureux depuis son Ehpad pour papes, son Epapade quoi...

Mais ne voilà-ti pas que la semaine dernière, Joseph-le-taiseux ralluma sa bougie pour nous faire part de ses lumières, au sujet des crimes pédophiles au sein de l'Église catholique.  

Alors bon, je l'ai lu et je dois dire que si la plume semble toujours aussi alerte et vigoureuse... 

Elle n'éclaire plus grand-chose. 

Pas un mot de compassion, de pardon ou  simplement de compréhension à l'égard des victimes, rien sur le silence coupable de l'institution religieuse non, non je vous jure.

Juste une vague explication vasouilleuse dont la portée morale et stylistique se situe pile entre la rigueur historique d'Eric Zemmour, la profondeur d'esprit de Nadine Morano, le style flamboyant des plus belles sorties de route de notre Christine Boutin nationale.

Au bowling, ça ressemble à un type qui après s'être coincé les doigts dans sa propre boule de bowling, se laisserait mollement entraîner par celle-ci pour finir par s'encastrer dans la machine sans effleurer la moindre quille. 

Parce que oui, d'après Papy-Jo, la déliquescence morale de l'église dont les crimes pédophiles commis en son sein sont l'expression -accrochez vous bien à vos soutanes-à...  je cite- de "l'effondrement du concept chrétien de moralité" par Mai 68 et l'arrivée de "cliques homosexuelles s'introduisant jusque dans les séminaires".

Exit le mea culpa, l'introspection, l'autocritique et vive le vostra-culpa parce que oui, si des milliers de chrétiens se débattent face à la douleur des actes pédophiles que leur ont infligé des hommes d’église et bien c'est de la faute à Mai 68 et aux Zomos

Non que ce soit le premier homme d'église à établir un lien coupable entre homosexualité et pédophilie, mais le plus surprenant c'est qu'il puisse sortir ce genre d'horreur sans que Dieu lui même ne descende sur terre pour lui coller une baffe. 

Une énorme baffe divine, de nature à lui décoller la pulpe et à le plonger dans un coma méditatif qui lui permettrait d'attendre le jour - qui ne devrait plus tarder maintenant - où Dieu lui demandera quelques comptes au sujet de son boulot de porte parole. 

Mais en attendant ce jour,… béni des Dieux,  j'imagine quand même qu'un bon nombre de chrétiens devraient se mobiliser avant que l'ex-Saint-Père ne commette quelques ouvrages définitifs sur : 

  • le rôle central de la mini-jupe en matière de viol, 
  • les désastres de la contraception en matière d'inceste et pourquoi pas 
  • les effets catastrophiques de la masturbation en matière de réchauffement climatique.  
L'équipe
Thèmes associés
(Ré)écouter Le billet de Sophia Aram
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.