Mardi dernier, pour "fêter" la panthéonisation de Simone Veil, le débat sur l'IVG s’est vu relancé au micro de Quotidien par le docteur Bertrand de Rochambeau...

Le docteur Bertrand de Rochambeau, président du syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France, qui expliquait ne plus vouloir pratiquer d’IVG en comparant l'interruption volontaire de grossesse à un homicide... et en invoquant sa clause de conscience - oui un peu comme on jetterait son kleenex par terre pour observer la réaction des passants- et justement les réactions ne se sont pas faites attendre pour animer cette énième resucée d'un débat que l'on croyait totalement éculé. 

L’argument le plus surprenant pointé par les défenseurs de la clause de conscience et du droit à laisser les femmes se dépêtrer toute seule avec leur grossesse non désirée c'est : Les gynécologues obstétricien ont choisi ce métier pour donner la vie - sous-entendu et "pas la mort". 

Et c'est assez cocasse cette idée que le rôle du gynécologue obstétricien serait de donner la vie. 

Parce que si le terme "donner la vie" me semble déjà relativement emphatique pour la mère qui accouche ; pour l'obstétricien ou l'obstétricienne, cela me paraît carrément impropre. 

Parce que si on va par là, y a pas mal de bouteilles de bordeaux, de dîners aux chandelles, de banquettes arrière de twingo, voire même de pannes de courant ou de pots de lubrifiant dont le concours me paraît nettement plus décisif dans la course au titre de "celui qui donne la vie".

Sans déconner, ils se prennent pour qui? Dieu?  

Et puis ça rime à quoi de ne nous jeter la clause de conscience à la tronche au moment où l'on doit faire face à une grossesse non désirée.  C'est quoi, c'est démerde toi... Parce que moi tu vois... Mon super pouvoir c'est plutôt de... donner la Vie ! Alors apprends à contrôler ce qui passe par tes trompes de Fallope et reviens me voir le jour où tu voudras des gosses !

Quand on sait qu'une femme est féconde environ 6 jours par mois pendant une quarantaine d'années ; qu'un homme est fertile à chaque coup de trique et que paradoxalement la maîtrise de la contraception est majoritairement assignée …aux femmes. Il faut encore qu'elles se débrouillent face à la clause de conscience de médecins leur balançant leurs fantasmes de "donneur de vie universelle" en plein utérus. 

Non mais franchement ce pseudo débat serait réglé depuis des lustres si les hommes pouvaient tomber enceinte à chaque fois qu'ils ouvrent leurs braguettes.  Depuis combien de temps les difficultés survenant dans la maîtrise de la contraception seraient comprises si les hommes en assumaient vraiment la charge et surtout le risque? C’est ce que disait la semaine dernière le Dr Baptiste Beaulieu dans l’émission d’Ali Rebehi :

Oui, je crois que si chaque fois qu’un homme jouissait avec une femme en engageant son corps / sa santé / sa responsabilité / sa carrière pour les 80 ans à venir, on pourrait lire aux frontons des mairies : « LIBERTÉ ÉGALITÉ FRATERNITÉ IVG »

C’est pourquoi je propose que chaque fois qu'un hétérosexuel ouvre sa braguette, sa partenaire lui offre le choix entre soutenir le droit des femmes à l'avortement ou la vasectomie. 

Ce serait une bonne façon d'en responsabiliser certains, vous ne vous ne pensez pas?

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.