Ce matin, c'est le retour des bobinis de Sophia Aram

Bonjour à toutes et bonjour à tous. En ce lundi 21 septembre, c’est-à-dire exactement 20 dodos après la rentrée, j’aimerais pousser un cri d’alarme, jeter une bouteille à la mer, un avertissement solennel en forme de « attention, faisez super gaffe » parce qu’au rythme où s’enchaine le grand portenawak qui nous sert de débat public, je suis pas certaine certaine qu’on puisse finir l’année en un seul morceau !!!

Un cri dans la nuit oui, mais surtout un cri en forme de bobini, allez fait péter le jingle : 

 Jingle

Alors je sais pas si ça vous fait ça, mais moi, depuis la rentrée, j’ai l’impression que tout le monde est bourré !!! Tout le monde dit n’importe-quoi, n’importe quand et à n’importe qui !!! 

·       Pas plus tard que jeudi dernier, on annonce qu’il faut prendre des mesures sanitaires pour freiner la propagation du virus à Lyon, et bien devinez quoi : des centaines de jeunes sont sortis faire la fête en criant en chantant collés-serrés, histoire de se rafraîchir dans un nuage de gouttelettes de sueur, de bave et de morve tant qu’ils en avaient encore le droit. 

·       L’obligation de porter le masque est à peine décrétée sur une partie du territoire, qu’on va racler les fonds de tiroir de tous les détraqués qui pensent que le masque wallah c’est dangereux, ça donne la chtouille ou bien je sais pas…

·       La deuxième vague arrive… on invite qui sur les plateaux télé? Didier Raoult. Le seul qui avait pronostiqué qu’il n’y aurait pas de deuxième vague. Remarquez, il ne croyait déjà pas à la première.  

·       La crise frappe de plein fouet la jeunesse, et bien au lieu de mettre en avant le sujet de la précarité des étudiants qui vivent dans des piaules de 9m2 et qui n’ont même pas les moyens de manger correctement tous les jours, on va préférer débattre pendant une semaine sur le port du voile de la déléguée syndicale qui pour le coup avait le droit de le porter oubliant ce pour quoi ils s’étaient tous réunis à l’Assemblée nationale.

·       Face à la déforestation, les incendies, la planète qui brûle, nous, on lance une bonne grosse polémique bien stérile sur les sapins de Noël et les droits des arbres morts. 

·       Qu’est-ce qu’on répond à toutes ces ados qui réclament la liberté de s’habiller comme elles le souhaitent et en toute sécurité ? On leur parle de bon sens… C’est tellement plus facile d’expliquer à des filles qu’il faut savoir se modérer, cacher un nombril ou un bout de cuisse plutôt que d’aller éduquer les garçons que c’est sensé surexciter !!! 

Et oui « cachez ce corps que ces faibles garçons ne sauraient voir » c’est plus facile que de leur dire : 

« Si t’arrives pas à voir un nombril sans sauter dessus, et bien va prendre une douche ou paluche-toi avec du gel hydro-alcoolique, ça te fera passer l’envie ».

Quel que soit le sujet, on a l’impression que tout le monde est bourré. On arrive même à avoir des gens bourrés par anticipation. 

Par exemple, on n’a pas encore le vaccin contre le CoronaVirus mais on a déjà les gens bourrés pour vous expliquer qu’ils ne le prendront pas parce que c’est dangereux !!!

Moi je pense qu’il serait temps de se mettre à boire de l’eau, et arrêter de confondre le débat public avec le bistrot du coin ou un plateau de Pascal Praud, parce qu’à ce rythme-là, on va tous finir par se réveiller au lendemain de la présidentielle avec la plus grosse gueule de bois de l’histoire mondiale de l’humanité. 

L'équipe
(Ré)écouter Le billet de Sophia Aram
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.