Vendredi dernier, le chef de l’État a organisé avec une quinzaine de parlementaires une sorte de Whats’Apéro, ou si vous préférez, une sorte d’ApériTeams, pour étudier un scénario de retour à la vie normale.

Simple hypothèse puisque seule l’évolution de la crise sanitaire nous dira s’il faut se relâcher ou durcir à nouveaux les mesures sanitaires. 

Durcir encore ou se relâcher déjà, durcir, se relâcher… tout le monde connait ça et moi personnellement ça me rappelle un ex… 

Pourtant il faudra bien s’y faire, nous sortirons un jour de cette crise sanitaire et là… Ben là, va falloir se réadapter. Faudra quasiment tout réapprendre.
À commencer par le fait que le monde virtuel dans lequel nous vivons depuis plus d’un an, et bien ce n’est pas du tout la vraie vie. 

Prenez les pâtes par exemple. 

Ça fait des mois que je vois passer sur Instagram, des recettes de « meilleurs pattes du monde » à base de tomates cerise baignant dans l’huile d’olive et les blocs de feta rôtis au four dans lesquels se battent trois nouilles trop cuites… C’est bien joli tous là, d’avoir liké et mis des petits cœurs partout, toussa, mais un jour, va falloir les bouffer… Personne ne mérite ça !

Il va aussi falloir réapprendre à tenir des conversations normales avec des amis. En présentiel. 

Pas des boucles WhatsApp dans lesquels chacun peut regarder une série ou aller faire une sieste entre deux déclarations plus ou moins définitives auxquelles il suffirait de balancer un ou deux émojis. Là il va falloir répondre vraiment. Expliquer à Nadine que son avis sur le vaccin, le non remboursement de la dette ou l’inutilité des masques… en présentiel, vous n’en avez rien à carrer. 

L’autre truc qui risque d’être compliqué, c’est que l’option mise en sourdine du groupe, ne peut pas être appliquée dans un diner à table, …  c’est regrettable, mais c’est comme ça. 

Je sais très bien que tout le monde a envie de se revoir, de passer du temps ensemble mais vu que ça fait un an qu’on fait tous à peu près les mêmes choses, de quoi on va parler ? On a tous vue ”En thérapie” ou presque et en dehors de ça, à part la longueur des cotons tiges qu’on nous a enfoncés dans le pif, je vois pas très bien de quoi on va parler. 

J’ai tellement pas hâte des soirées avec de jeunes parents qui ont passé un an, enfermés avec leur progéniture, en temps normal les parents qui parlent de leurs moufflets c’est rarement passionnant, mais là imaginez ce que ça va être : 

«Non mais Gaspar fait des trucs de dingue en Légo, oui parce que tu vois, on a mis à profit le confinement pour travailler sa motricité fine. Et puis comme t’as pu le voir Louison s’est découvert une âme de comédienne, t’as vu ses sketches, on vous les avait envoyés dans le groupe Whatsapp ? » 

Comment on va faire quand on va réaliser que dans la vraie vie, on ne peut pas quitter, même discrètement une conversation qui nous gonfle.

Visiblement on a encore un peu de temps avant le retour à la normal, mais espérons que ce soit dans pas trop longtemps parce que là sur Instagram, ils en sont déjà aux pâtes au camembert rôti.

L'équipe
Thèmes associés