Il y a encore quelques années nous en étions là...

Alors que les femmes utilisent en moyenne 11000 tampons dans leur vie, les fabricants industriels refusent de communiquer sur leur composition. 

Et oui c'était la belle époque, à la question, "bonjour mesdames et messieurs les industriels, au fait c'est quoi la composition des tampons que je m'enfile tous les mois depuis des années ?".

La réponse des industriels était toujours la même : 

  • "on peut pas te le dire, c'est un secret..."
  • -M’enfin mesdames et  messieurs les industriels, ça m’intéresse quand même un peu de savoir ce que vous mettez à l’intérieur de nos tampons, rapport au fait que nous on se les met à l’intérieur du dedans de nous ? 
  • -Non, non, non on ne vous le dit pas c’est une surprise.“ 

Et quelques années plus tard, nous y voilà enfin !

60 millions de consommateurs dévoile les résultat d'une série d'essais sur les protections féminines, des traces de résidus toxiques, polluants industriels ou pesticides, y ont été détectés

Ah ben la voilà la bonne surprise !!! En fait on s’enfile du glyphosate dans la teucha !!!  C’est rien que pour nous les filles, c’est cadeau ! Elle est pas belle la vie ?!!!

Alors, avant que tous les parangons de la modernité agricole viennent m'expliquer qu'il est tout à fait normal qu'une serviette hygiénique, un kilo de poids chiche ou un baril de Roundup contiennent exactement la même substance à savoir du glyphosate, j'aimerais quand même poser une question...

C'est quoi cette idée de mettre des herbicides dans nos culottes ? C'est pour tuer les mauvaises herbes ?  Ou pour nous éviter de nous retrouver avec une pelouse à la place du pubis ?!!! 

Je veux bien que vous confondiez notre "jardin secret" avec un champ de maïs mais y a un moment où il faudra quand même redescendre un peu de la moissonneuse batteuse et discuter risques sanitaires ou tout simplement espérance de vie.

Parce que aussi surprenant que cela puisse paraître, le réceptacle qui entoure le tampon, et que vous avez tendance à considérer comme un hangar à herbicide... ça s'appelle une femme. 

Alors, une femme qu'est-ce que c'est ?  C'est un organisme vivant et qui, comme tous les organismes vivants, aspire à le rester le plus longtemps possible, et de préférence en bonne santé... C'est dingue, non ?

Et non, ce n'est pas parce qu'une femme a en moyenne 13 menstruations par an, 480 cycles sur l'ensemble de sa vie et qu'elle utilisera 10560 protections hygiéniques dans sa vie, qu'il faut en profiter pour y écouler vos surplus d'herbicide. 

Et ce, pour des milliers de raisons tout à fait compréhensibles par toute personne ne confondant pas une femme avec un hangar agricole.

Alors si on pouvait éviter de nous empoisonner le minou et considérer ensemble que l'on est en droit de savoir exactement qui on invite dans notre culotte et quels seront les effets à courts, moyens et long terme sur notre santé parce qu’à ce jour je ne suis pas certaine que beaucoup de femmes aient consciemment invité Monsento ou d'autres industriels à venir nous rendre une visite aussi intime.

L'équipe
Suivre l'émission
Nous contacter
Ce contenu n'est pas ouvert aux commentaires.