Sophia Aram n'aime pas certaines fêtes, donc elle devrait être contente, mais pas du tout.

Bonjour à tous et bienvenue à tous les nouveaux auditeurs et auditrices qui ont reçu les premiers vaccins contre la Covid-19, et qui nous écoutent donc en direct via les puces 5G qui leur ont été inoculées hier.

J’ai toujours détesté les réveillons, j’aime pas la foule, j’aime pas les bisous obligatoires à minuit pile, j’aime pas cacher ma déprime derrière du fond de teint et des paillettes. Comme beaucoup, quand je bois je m’endors et quand je ne bois pas je m’ennuie. 

Je suis allergique aux ¾ des ingrédients qui égayent le réveillon des gens normaux, enfin je veux dire des autres, ceux qui ne meurent pas après avoir mangé une huître.

J’aime pas non plus les bonnes résolutions, parce qu’au rythme où je les mets en œuvre, j’ai plus vite fait d’en faire tout de suite des remords. 

Et pour ce qui est des lendemains de fête, je pense qu’on est d’accord si t’as pas une passion débordante pour les repas de restes et les maux de tête y a aucune raison d’aimer ça...

Alors je sais ce que vous allez me dire que “je devrais être contente, de ne pas pouvoir réveillonner cette année“…

Sauf que, pas du tout. Parce que cette année j’ai le blues. Mes amis me manquent, même le bouillon bio hypoallergénique que je siroterais en les regardant se battre avec leurs crabes farcis me manque. 

Pour la première fois de ma vie, j’ai envie de voir des gens et surtout qu’on croit ensemble à la magie du réveillon. 

Envie de tourner la page de 2020. 

Envie de beugler le compte à rebours des dernières secondes, et de crier très fort un gros “FUCK 2020 !“, une bouteille de champagne à la main en dansant bourrée sur une table avec le rimmel sur le bas des joues et le rouge à lèvres dans les godasses. 

Envie de croire dans la magie calendaire. Croire qu’en passant du 31 décembre au 1er janvier on aurait le droit de rêver que par le truchement des jours qui passent, tout redevienne possible.  Besoin d’espérer à nouveau, de me projeter dans l’avenir. J’ai envie de faire un vœu!

Enfin j’avais. 

Moins depuis que j’ai eu l’idée saugrenue de ressortir les vœux que mes amis et moi avions formulés... l’année dernière, pile dans la nuit entre le 31 décembre 2019 donc et le 1er janvier 2020. Juste avant que le cauchemar commence. 

Alors pour être sincère on ne croyait déjà pas à tout ce qu’on avait imaginé mais faut reconnaître que là, on n’a pas été déçus. Même pour les plus prudents qui s’était contentés d’un timide… « passer plus de temps avec mes amis » ou « faire un grand voyage » ça l’a pas fait. 

Moi quand je m’étais contentée de dire « oh, rien de spécial, juste continuer à vivre ma vie comme elle est » j’étais à dix mille lieux d’imaginer que même ça, ça serait compliqué !!!

On va voir cette année s’il en reste encore pour vous souhaiter “12 mois de joie, 52 semaines de plaisir, 365 jours de succès, 8760 heures de santé, 525.600 minutes d’amour“. Qu’ils osent pour voir... j’ai comme dans l’idée qu’on va revoir nos prétentions à la baisse. 

- Qu’est-ce que tu voudrais toi pour 2021 ?

- Je sais pas je délire mais bon... j’y vais j’me lance... Rencontrer trois personnes en dehors de ma bulle sanitaire... » ahahaha...

Allez sur ce je vous embrasse, je vous souhaite une meilleure année que celle qu’on vient de vivre et surtout comme on dit toujours… La santé…

L'équipe
Thèmes associés